Un hedge fund provoque des ventes massives sur des titres

Les actions de plusieurs sociétés technologiques chinoises ont chuté à Wall Street la semaine dernière. ©AFP

Des ventes massives du fonds Archegos Capital ont fait chuter Nomura, Viacom, Tencent, Baidu et d'autres actions la semaine dernière. Elles devraient encore impacter les marchés cette semaine.

De la volatilité est encore à attendre les prochains jours sur les marchés d'actions après la chute de titres américains et chinois à Wall Street causée par la vente massive de blocs d'actions par le fonds américain Archegos Capital.

ViacomCBS et Discovery ont perdu chacun 27% vendredi. Les deux titres ont perdu plus 50% depuis la semaine dernière. Les actions de Baidu et Tencent cotées à Wall Street ont chuté avec des replis de respectivement 33,5% et 48,5% la semaine dernière par rapport à leur clôture de mardi.

Tension autour des ADR chinois

Selon plusieurs investisseurs et analystes, ces pertes sont liées à des ventes massives de participations par Archegos Capital, société fondée par l'homme d'affaires Bill Hwang.

"Cela montre à quel point les hedge funds peuvent encore être mis à l'écart et forcés (...) à se désendetter massivement et à vendre des positions existantes."
Frank Vranken
Responsable de la stratégie chez Puilaetco

"Apparemment, plus de 10,5 milliards de dollars ont été vendus dans des transactions en bloc, dont 6,6 milliards de dollars sont directement liés aux actions technologiques chinoises cotées au NYSE. La tension et l'incertitude autour des ADR (certificats de dépôts américains, NDLR) chinois ont très probablement joué un rôle majeur dans la décision de vendre", souligne Frank Vranken, responsable de la stratégie chez Puilaetco.

20
Milliards de dollars
Une vingtaine de milliards de dollars de titres a été vendus par Archegos Capital, et certaines sources estiment que 20 à 30 milliards de dollars doivent encore être vendus.

"Quoi qu'il en soit, cela montre à quel point les hedge funds peuvent encore être mis à l'écart et forcés, en raison d'appels de marge, à se désendetter massivement et à vendre des positions existantes. La somme totale mentionnée ce matin à propos de ce hedge fund basé aux États-Unis est supérieure à 20 milliards de dollars", ajoute-t-il.

Une réaction en chaîne

Ces fermetures de positions entraînent une pression à la vente et mettent en difficulté plusieurs établissements financiers, forcés d'absorber des pertes en raison de l'incapacité d'Archegos Capital à honorer des appels de marge. Nomura a chuté, ce lundi, de 16,5% à la Bourse de Tokyo après avoir averti d'une perte potentielle de deux milliards de dollars (1,7 milliard d'euros) en lien avec une filiale américaine et annulé une émission obligataire.

De son côté, Credit Suisse a prévenu que ses résultats du premier trimestre pourraient être affectés de manière importante par l'abandon de positions qu'il détenait avec un fonds spéculatif. La banque enregistrerait de la sorte son deuxième trimestre affecté par des pertes liées aux hedge funds. "Si les chiffres que l'on peut lire sur le Credit Suisse sont exacts, il y a clairement un gros problème de gestion des risques", souligne Jérôme Legras, responsable de la recherche chez Axiom Alternative Investments.

Des appels de marges à risque

Lors d'un appel de marge, un courtier alerte un investisseur qu'il doit ajouter des fonds à son compte pour couvrir des pertes potentielles. . Un appel de marge se produit lorsque le marché va à l'encontre d'une position importante à effet de levier, obligeant le hedge fund à déposer plus de liquidités ou de titres auprès de son courtier pour couvrir les pertes. Récemment, un autre hedge fund, Melvin Capital, s'était retrouvé face à des appels de marge car il pariait sur une baisse du titre GameStop, qui a pris 916% depuis le début de l'année.

Le fonds Archegos Capital n'ayant pas répondu à l'appel de marge, Credit Suisse et les autres banques concernées ont été contraints de clôturer les positions du fonds sur le marché, en absorbant au passage des pertes liées à leur exposition au fonds.

Pour Crédit Suisse, c'est une nouvelle tuile. Car la banque se retrouve déjà en proie aux conséquences de la perte de 10 milliards de dollars de fonds liés à un autre hedge fund, Greensill Capital.

D'autres banques, surtout d'investissement, dont Goldman Sachs et Deutsche Bank , ont été impliquées vendredi dans des ventes de gros blocs d'actions, selon des sources. Toutefois, la banque allemande serait moins exposée que d'autres institutions au hedge fund, selon des sources. Cela n'a pas empêché les investisseurs de s'inquiéter. D'autres titres du secteur bancaire, comme BNP Paribas et Société Générale , ont aussi été affectés par ces craintes. Le Stoxx 600 Banks a perdu 0,91% ce lundi.

Pas d'effet systémique

Les déboires du secteur bancaire suite à la liquidation des titres de Archegos Capital n'ont pas eu d'impact général sur les marchés d'actions. Ce lundi, le Stoxx 600 a terminé sur une progression de 0,23%.

Si la situation devrait vraiment déraper pour les banques, ce qui n'est pas le scénario le plus vraisemblable, les banques centrales n'hésiteraient pas à intervenir.
Alexandre Baradez
Responsable des analyses marchés chez IG France

"Si la situation devrait vraiment déraper pour les banques, ce qui n'est pas le scénario le plus vraisemblable, les banques centrales n'hésiteraient pas à intervenir et elles disposent d'instruments pour le faire, non pas en augmentant leurs rachats d'actifs mais simplement en introduisant des mesures plus souples et en modulant les ratios prudentiels" estime Alexandre Baradez, responsable des analyses marchés chez IG France.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés