Un nouveau confinement hante les marchés européens (+débriefing actions étrangères)

©AFP

L'Europe boursière a eu du mal à relever la tête après la déconvenue de ce lundi. Les investisseurs restent toutefois encore inquiets de possibles nouvelles mesures de confinement.

Les principales Bourses européennes n'ont effacé ce mardi qu'une petite partie de leurs lourdes pertes de la veille. La perspective de nouvelles restrictions, voire de mesures de confinement, a refroidi les investisseurs les plus téméraires.

Le CAC 40 parisien ne s'est pas trop aventuré loin de l'équilibre et a changé de direction en fin de séance pour abandonner 0,40%. À Francfort, le Dax a repris 0,41% et à Londres, le FTSE 100 a avancé de 0,43%. Le Stoxx 600 a gonflé de 0,20%, ce qui ne suffit pas à oublier le décrochage de 3,24% de lundi, soit sa pire performance depuis le 11 juin.

À Paris, les plus fortes hausses du CAC sont à mettre à l'actif des constructeurs automobiles Renault (+2,66%) et PSA (+3,63%). Suez a gagné 0,78% après avoir revu à la hausse les objectifs de son plan stratégique pour contrer le projet de rachat hostile de Veolia (-0,41%). À l'inverse, Airbus a reculé de 2,68% après les déclarations de son président, qui se dit incapable de garantir que le groupe n'aura pas recours à des licenciements secs.

Fortement touché lundi par la perspective de reconfinements, le secteur touristique tentait de s'en remettre. Si Lufthansa a reculé de 4,39%, le britannique IAG, propriétaire de British Airways, s'est nettement repris en fin de séance pour finalement gagner 4,94 %.

Sur le marché londonien, Kingfisher a survolé les échanges avec un bond de 9,90%. La chaîne de magasins a vu ses résultats semestriels doper par le boom du bricolage et du jardinage pendant les périodes de confinement.

Outre-Rhin, l'entreprise de livraison de repas à domicile Delivery Hero (+4,51% à 93,70 euros) a profité de la perspective de nouvelles restrictions liées à la pandémie, au même titre que Hello Fresh (+2,88% à 42,20 euros), qui propose des livraisons de plats à cuisiner chez-soi.

Les banques ont tenté de reprendre des couleurs après la dégringolade de la veille à la suite des révélations d'un consortium de journalistes qui accusent de nombreuses institutions bancaires mondiales d'avoir permis le blanchiment d'argent sale à grande échelle. Mais à l'exception de Standard Chartered (+1,68%), Société Générale (-0,10%), BNP Paribas (-0,52%) et Deutsche Bank (-0,94%) sont retombé dans le rouge en fin de séance.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés