Un nouveau scandale Wirecard en Allemagne?

©AFP

Le gendarme allemand des marchés vient de lancer une enquête à l’encontre du fournisseur de services financiers Grenke, accusé de manipulation du marché. L’affaire qui rappelle le scandale Wirecard fait chuter le titre de la société à la Bourse de Francfort.

S’achemine-t-on vers un nouveau scandale financier en Allemagne, à l’image de Wirecard? C’est en tout cas ce que laisse penser cette nouvelle enquête pour manipulation de marché lancée ce mardi par la BaFin à l’encontre de Grenke, un fournisseur allemand de services de leasing et de facturation aux PME. Cette décision fait suite à la publication d’un rapport du groupe Viceroy Research accusant la société de malversation et de blanchiment d’argent.

Dans son rapport d’une soixantaine de pages, Viceroy Research fait ainsi remarquer qu’une "portion substantielle des liquidités de Grenke n'existe pas". Des allégations auxquelles a tenu à réagir la société par voie de communiqué.

"Une portion substantielle des liquidités de Grenke n'existe pas."
Viceroy Research

"Le reproche central est qu'une part substantielle des 1.078 millions d'euros de trésorerie (...) rapportés dans le rapport semestriel 2020 n'existe pas. C'est faux", explique-t-on ainsi chez Grenke, qui assure que "849 millions d'euros, donc 80% de ces liquidités, se trouvaient sur un compte de la Deutsche Bundesbank au 30 juin 2020".

Un communiqué qui n'a pas empêché le titre de Grenke de plonger de 40% à la Bourse de Francfort. Il faut dire que l’accusateur n’est pas inconnu: dirigé par l’investisseur Fraser Perring, Viceroy Research avait déjà pointé dès 2016 les manquements de la société Wirecard, emportée depuis juin dans le plus gros scandale financier de ces dernières années en Allemagne. Un scandale qui a d'ailleurs aussi largement écorné la réputation de la BaFin, critiquée pour son incapacité à déceler cette fraude.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés