Publicité
plan large

Un "tsunami fiscal" en vue pour les actionnaires de Vivendi

La chanteuse Billie Eilish fait partie du catalogue d'Universal Music. ©EPA-EFE

La toute proche introduction en bourse d’Universal Music Group (UMG) devrait se transformer en tsunami fiscal pour ceux qui ne vendent pas rapidement leurs actions Vivendi. Les détenteurs d’actions Bolloré et Odet n’ont pas à s’inquiéter.

Ce mardi 21 septembre verra le conglomérat Vivendi introduire Universal Music Group (UMG) en Bourse d’Amsterdam. Le célèbre label est le leader mondial de l’industrie musicale et accueille des artistes comme Taylor Swift, Billie Eilish, U2 et, plus proches de chez nous, Hooverphonic, Stromae et Tourist LeMC.

60%
La part des actions de UMG qui seront distribuées aux actionnaires de Vivendi.

10% des actions resteront aux mains du groupe Vivendi, tandis que 20% sont déjà détenues par un consortium proche de Tencent et 10% par le fonds Pershing Square du gestionnaire de fonds spéculatifs Bill Ackman. Le solde, soit 60%, sera distribué aux actionnaires de Vivendi sous la forme de "dividende spécial". Les actionnaires belges doivent s’attendre à une double imposition.

Nul ne sait aujourd’hui ce que devront payer les actionnaires belges qui conserveront leurs actions Vivendi. Si vous détenez par exemple une action Vivendi valant 33 euros, vous deviendrez aussi automatiquement titulaire d’une action UMG à partir du 21 septembre. Imaginons que l’action UMG coûte 20 euros au moment de l’ouverture, le cours de l’action (amaigrie) Vivendi retombera logiquement à 13 euros. La valeur de votre investissement dans Vivendi baissera donc de 20 euros par action, soit l’équivalent du "dividende spécial" sur lequel vous serez taxé.

Cours d’ouverture crucial

Le cours d’ouverture d’UMG jouera donc un rôle crucial et est aujourd’hui totalement imprévisible. Imaginons que la bourse accorde autant de valeur à UMG que ce que Bill Ackman a récemment déboursé (valeur de l’entreprise de 35 milliards, dont 2 milliards d’euros de dette nette), cela correspondra à un dividende exceptionnel de 22 euros par action ou deux tiers du cours actuel de Vivendi. Mais le courtier en bourse UBS n’exclut pas que le marché valorise UMG à 42 milliards d’euros (voir encadré), ce qui correspond à 30 euros par action ou 90% du cours de Vivendi.

UBS qualifie UMG de "nouvelle action de croissance en Europe"

Le courtier en bourse UBS voit des étoiles dans la future action UMG. "UMG est le leader mondial du secteur de la musique, qui profite de moteurs de croissance structurels à long terme." UMG tire parti comme nul autre du succès du streaming, y compris via un chemin peu classique comme le fitness et le gaming. "Neuf des dix artistes les plus populaires et sept des 20 plus importants influenceurs sont chez UMG." Ces trois dernières années, UMG a enregistré une hausse de son chiffre d’affaires de 10% par an et le bénéfice brut d’exploitation (ebitda) a augmenté de 23%. Cette année, UMG ambitionne d’augmenter son chiffre d’affaires d’au moins 10% et son bénéfice de plus de 20%. UBS a placé UMG dans la catégorie "grandes valeurs de croissance européennes" et aligne son évaluation sur celle des entreprises qui réaliseront une hausse de leur bénéfice d’au moins 10% par an, comme Adyen, ASML, Adidas et LVMH.

Le dividende spécial sera soumis à une retenue à la source française de 12,8%. De nombreux investisseurs étrangers devront payer cette taxe. Pour les Belges, cette taxe s’ajoutera au précompte mobilier belge de 30%. Il est possible que les investisseurs puissent récupérer une partie de la taxe française via leur déclaration fiscale.

Les magazines spécialisés qui suivent Vivendi conseillent de vendre pour éviter la taxe.

Les magazines spécialisés qui suivent Vivendi conseillent de vendre pour éviter la taxe. "Le paiement du dividende qui aura lieu à la fin du mois sera un tsunami fiscal. Nous avons retiré Vivendi de notre sélection", écrit résolument Kroffinvest. L’Investisseur conseille également de vendre, tout en recommandant "d’attendre le dernier moment. Nous croyons que le cours de l’action peut encore monter avant l’entrée en bourse. Mais dans tous les cas, il faudra vendre avant le 21 septembre."

Via Bolloré ou Odet

Les investisseurs du monde entier cherchent une façon d’éviter la taxe sur le dividende spécial. Les investisseurs spécialisés transfèrent leurs actions dans des fonds qui ne sont pas concernés ou qui utilisent des produits dérivés. Les particuliers peuvent se réfugier dans les holdings au-dessus de Vivendi: Bolloré, qui détient une participation de 29% dans Vivendi, ou le holding du niveau supérieur Compagnie de l’Odet (auparavant Financière de l’Odet) qui détient 63% de Bolloré. Ces holdings ne devront pas payer la taxe.

Le fait que de nombreux investisseurs aient déjà choisi ce chemin explique l’évolution du cours de ces holdings. Depuis le 15 février - jour de l’annonce de l’entrée en bourse d’UMG - le cours de Vivendi a augmenté de près de 25%. Pendant la même période, celui de Bolloré a bondi de 40% et celui d’Odet de près de 60%. Il est clair que la taxe sur le dividende spécial met la pression sur l’action Vivendi.

3,5
euros
L’action Bolloré se négocie aux alentours de 5 euros et la participation du holding dans Vivendi vaut, selon Kroffinvest, 3,5 euros, ou 70%.

L’action Bolloré se négocie aux alentours de 5 euros et la participation du holding dans Vivendi vaut, selon Kroffinvest, 3,5 euros, ou 70%. "Au cours actuel, nous ne recommandons plus Bolloré à l’achat, mais nous conservons l’action dans l’attente du spectacle (UMG) !", conclut Kristoff Van Houte, rédacteur en chef de Kroffinvest.

L’Investisseur recommande à l’achat le holding faîtier, Compagnie de l’Odet. "Odet est le seul holding qui se négocie encore avec une décote", explique le magazine. "Il est très possible qu’à terme Bolloré distribue sa participation dans Vivendi à ses actionnaires. Dans ce cas, ces derniers seront une nouvelle fois les dindons de la farce fiscale." Le magazine s’attend à ce que cette transaction soit décidée à l’approche du 200e anniversaire d’Odet, le 17 février 2022. Il est possible que ce soit le signal du passage de témoin du très riche Français et CEO d’Odet, Vincent Bolloré, à son fils (et amateur de médias) Yannick Bolloré.

Le résumé

  • Le 21 septembre, Universal Music Group (UMG) fera son entrée sur la Bourse d’Amsterdam. Les actionnaires de Vivendi recevront automatiquement une action UMG par action Vivendi détenue.
  • Les détenteurs d’actions Vivendi doivent s’attendre à voir déferler un tsunami fiscal sur la valeur de ces actions.
  • Les magazines spécialisés en investissement conseillent de vendre les actions Vivendi avant le 21 septembre pour des raisons fiscales.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés