Valeurs techno et auto sous pression (débriefing actions européennes)

La Bourse de Francfort, en janvier 2019. ©Bloomberg

Les marchés européens ont battu en retraite après des statistiques chinoises décevantes. L'avertissement sur résultat de l'américain Broadcom a pesé sur les valeurs technologiques européennes.

Le ralentissement de la croissance chinoise revient hanter les marchés. Après l'annonce d'une croissance de la production industrielle la plus faible en Chine depuis 2002 le mois dernier, les actions européennes ont effacé les maigres gains engrangés depuis le début de la semaine. Les principaux indices boursiers du Vieux Continent ont clôturé en baisse. A Paris, le Cac 40  a perdu 0,15%. A Francfort, le Dax  a abandonné 0,60%. A Londres, le FTSE 100  a cédé 0,31%.

Les valeurs technologiques ont été malmenées après un avertissement sur résultat lancé par Broadcom . Le groupe américain entrevoit des ventes moins soutenues cette année à cause de l'interdiction de commercer avec le chinois Huawei, sanctionné par Washington pour cause de soupçons d'espionnage.

Effet Broadcom

Cet ostracisme à l'égard d'Huawei n'est que l'un des nombreux épisodes de la guerre commerciale. Les investisseurs craignent que les effets de cette dernière aient été sous-estimés et que l'avertissement de Broadcom soit le prélude à une vague de révisions à la baisse dans l'ensemble du secteur technologique. En conséquence, de nombreuses actions technologiques européennes se sont repliées, dont AMS  (-7,57%), Infineon  (-5,25%), STMicroelectronics  (-3,22%) ou encore ASM International  (-3,27%).

S'il s'avérait exact que l'impact de la guerre commerciale est sous-estimé, cela aurait aussi un impact sur les résultats des entreprises du secteur automobile, particulièrement dépendant des exportations. Logiquement, les équipementiers et constructeurs auto ont également fait grise mine en Bourse. Valeo  a reculé de 2,37%. Continental  s'est contracté de 1,02%. Peugeot  a rétrogradé de 0,86%.

Adecco contre la tendance

A cela s'ajoute un regain d'inquiétudes sur la Chine, premier pays consommateur de matières premières au monde. Les titres de sociétés dépendantes de ces ressources naturelles en ont souffert. Voestalpine  s'est déprécié de 1,91%. ArcelorMittal  a fléchi de 2,38%. BHP s'est amenuisé de 0,98%.

Contre la tendance, l'indice suisse SMI  a pris 0,09%, soutenu par l'action Adecco  (+1,84%). Morgan Stanley a relevé son avis sur le spécialiste du travail intérimaire de "pondération en ligne" à "surpondérer", avec un objectif de cours porté de 60 à 67 francs suisses.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés