Veolia va revoir son offre sur Suez à la hausse

©REUTERS

Veolia va améliorer le prix proposé à Engie pour acquérir l'essentiel de ses parts dans Suez. Un geste salué sur les marchés ce vendredi matin.

Le "coup fourré" de Suez porte-t-il déjà ses fruits? Ce jeudi le patron de Veolia a qualifié de la sorte la décision de Suez de reloger un de ses joyaux aux Pays-Bas pour freiner la fusion entre les deux spécialistes français de la gestion de l'environnement. Mais, ce vendredi, le même patron, Antoine Frérot, a promis de peaufiner son offre formulée il y a un mois et qui court jusqu'au 30 septembre.

"Je vais améliorer mon prix."
Antoine Frérot
CEO de Veolia

Rien n'a encore officiellement été communiqué à la cible de Veolia. Antoine Frérot a très prosaïquement indiqué qu'il allait "améliorer" l'offre de prix faite à Engie.

Offre "hostile et opportuniste"

Pour rappel, Veolia est sorti du bois le 28 août dernier. Le numéro un mondial des services collectifs a proposé alors de reprendre la quasi-totalité des parts qu'Engie détient dans Suez (29,9% sur un total de 32%) pour 15,50 euros par action, une offre sur le reste du capital de sa proie devant suivre cette première approche qui valorise Suez à un peu moins de 10 milliards d'euros.

Suez (...) a décidé de reloger l'activité Eau France de Suez dans une fondation de droit néerlandais.

Le but est de construire un "grand champion mondial français de la transformation écologique". Mais Suez a rejeté ce projet qualifié "d'hostile et opportuniste" et Engie a jugé l'offre insuffisante.

S'en sont suivis des tractations en coulisses et des coups de gueule en public. Suez, qui n'avait pas réellement de leviers solides dans les discussions entre Engie et Veolia, a décidé de reloger l'activité Eau France de Suez dans une fondation de droit néerlandais. Une "pilule empoisonnée" destinée à ralentir l'opération ou à faire monter les enchères. Elle permet surtout à Suez d'avoir son mot à dire dans les négociations sur son rachat.

Un conseil d'administration d'Engie était prévu ce vendredi en fin d'après-midi, mais le rendez-vous a été transformé au dernier moment en simple réunion de travail à distance. Engie dispose encore de cinq jours pour se positionner définitivement. Un conseil d'administration ordinaire est prévu mercredi, le jour de l'ultimatum posé par Veolia.

Les marchés disent "oui"

Les investisseurs de la Bourse de Paris, très friands des luttes que se livrent les grands capitaines d'industrie français, ont salué, ce vendredi matin, le "geste" du jour d'Antoine Frérot. Le patron de Veolia se dit en outre "confiant" dans sa capacité à mener à bien son projet d'OPA sur l'ensemble de Suez.

Suez a grimpé de près de 6% et prenait peu avant 11 heures plus de 4% pour dépasser les 15 euros. Veolia (+2,14%) a également fait le plein de confiance en bourse.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés