Publicité

Vers la fin de la "décennie perdue" des marchés émergents

Les analystes voient un rebond des actions brésiliennes, sud-africaines et russes. ©AGIF via AFP

De nombreux analystes voient la fin de la décennie perdue pour les marchés émergents. Une valorisation bon marché et une progression de la vaccination justifient selon eux ce retournement de tendance.

Les marchés émergents ont connu, ces dix dernières années, une période difficile. Mais les analystes sont nombreux à estimer que leur décennie perdue touche désormais à sa fin. Goldman Sachs, Bank of America et Lazard Asset Management s'attendent à un rebond des actions brésiliennes, sud-africaines et russes en raison de leur faible valorisation, lorsque la campagne mondiale de vaccination s'accélèrera. Celle-ci va permettre à la croissance économique mondiale de se reprendre. L'augmentation de la réglementation dans plusieurs secteurs clés en Chine ne représentera pas selon eux un obstacle, même si cette dernière pèse actuellement sur les actions asiatiques.

8%
Depuis 2008, l'indice MSCI Emerging Markets a avancé deux fois moins que l'indice MSCI des marchés des pays développés.

Après la crise financière de 2008, les marchés émergents ont traversé des secousses, davantage que les indices d'actions des pays développés. L'indice MSCI emerging market a avancé de 8% sur les dix années qui ont suivi, alors que l'indice MSCI des marchés de pays développés a connu une progression deux fois supérieure. Après le krach des actions en mars 2020 suite à la pandémie de Covid-19, la différence de performance s'est encore observée, avec des marchés américains et européens qui ont retrouvé leur sommet et battu leur record, ce qui n'est pas le cas des marchés émergents.

Des flux significatifs

Toutefois, des signes indiquent déjà un retournement de tendance selon les analystes. La remontée des matières premières depuis leur pire performance hebdomadaire de juin et de l'inflation, ainsi que la reprise économique pourrait selon eux déclencher dans quelques mois une surperformance des marchés émergents. Pour l'instant, les investisseurs restent cependant à l'écart de ces valeurs, car d'après le dernier sondage des gestionnaires fonds par Bank of America Securities, ceux-ci restent largement sous-pondérés envers les marchés émergents. Mais ils surpondèrent actuellement les matières premières.

Bank of America a de son côté noté que les flux de capitaux vers les actions d'Europe de l'Est, du Moyen-Orient et de l'Afrique ont accéléré depuis le mois de mars, alors que les investisseurs opèrent une rotation vers les valeurs bon marché. "Nous nous attendons à ce que cette tendance se poursuive compte tenu des facteurs macroéconomiques et des valorisations des actions favorables", a souligné Jure Jeric, stratège multi-actifs de Bank of America.

Le retour à la normale n'est pas pricée dans les marchés émergents
Caesar Maasry
Goldman Sachs

Chez Goldman Sachs, Caesar Maasry, responsable de l'équipe marchés émergents, a remarqué que "le retour à la normale n'est pas 'pricé' dans les marchés" et se dit en conséquent très positif en particulier pour les actions brésiliennes, mexicaines et russes.

L'impact de la Chine

Même si des analystes minimisent l'impact des nouvelles réglementations en Chine, celles-ci ont pesé sur la performance des marchés émergents. Les actions chinoises représentent un tiers des titres composant le MSCI Emerging Markets, qui sous-performe depuis début de l'année les autres indices. Elles constituent donc un risque. Chez State Street, les analystes estiment que ces réglementations apportent de l'incertitude.

Chez Blackrock Investment Institute, les analystes ont revu à neutre leur recommandation sur les actions de la région ce mois-ci , en raison de l'incertitude autour du billet vert et de la politique monétaire aux Etats-Unis.

Certains aussi s'inquiètent de l'impact du tapering (fin progressive des rachats d'actifs) de la Réserve fédérale américaine sur le dollar et en conséquent sur les marchés émergents. Chez Blackrock Investment Institute, les analystes ont revu à neutre leur recommandation sur les actions de la région ce mois-ci, en raison de l'incertitude autour du billet vert et de la politique monétaire aux États-Unis. Ils pointent aussi le taux faible de vaccination dans les pays émergents et un espace politique limité.

Le résumé

  • Les marchés émerging ont connu une décennie perdue, mais les analystes estiment que cela peut changer
  • Chez Goldman Sachs et Bank of America, les analystes pointent le caractère bon marché de ces actions.
  • La Chine a pesé sur la performance des pays émergents depuis le début de l'année.
  • Blackrock Investment Institute s'inquiète de l'impact du tapering sur les marchés émergents.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés