311 placements obtiennent le premier label de durabilité belge

©Filip Ysenbaert

311 placements financiers sont autorisés à arborer durant un an, le label de durabilité "Towards Sustainability", octroyé par Febelfin, la fédération belge du secteur financier.

"Il aura fallu deux ans pour mettre en place cette procédure, souligne Karel Van Eetvelt, CEO de Febelfin. Notre ambition était de permettre aux investisseurs d’avoir l’assurance que les produits présentés comme durables répondent à un certain nombre de standards".

Febelfin avait présenté son plan de route et les critères pour l’octroi du label au début 2019. Plus de 50 institutions financières ont déposé des dossiers pour plus de 400 produits financiers. Au final, 311 labels ont été distribués, dont 247 fonds de placements, 28 produits d’assurance de branche 23, 24 trackers (ETFs) et 7 comptes d’épargne. Ces produits proviennent de plus de 40 institutions financières provenant de sept pays européens (Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, France, Suisse, Royaume-Uni, Irlande).

"Nous voulons offrir aux investisseurs l’assurance que les produits durables répondent à un certain nombre de standards."
karel Van EEtvelt
CEO Febelfin

La procédure de labellisation a été confiée au Central Labelling Agency (CLA), un organisme indépendant de Febelfin. Par rapport aux autres labels qui existent déjà dans les autres pays européens, le label belge a reçu un très large support des acteurs du secteur financier. "Le label a été décerné à un nombre plus important de produits que pour les autres labels existants en Europe en dépit de critères d’octroi plus stricts", indique Luc Van Liedekerke, président du comité d’experts du CLA.

Transparence

"C’est surtout au niveau de l’obligation de transparence de la politique d’investissement que les discussions ont été les plus engagées, indique Olivier Marquet, président du conseil d’administration du CLA. De nombreux gestionnaires, notamment au niveau anglo-saxon, ont été surpris par nos demandes, et obligés de formaliser des politiques internes qui étaient souvent laissées à la discrétion des gestionnaires".

Certains ont même préféré se retirer pour déposer leur dossier lorsque la deuxième vague de produits sera dévoilée au début de l’année prochaine, une procédure qui devrait comprendre une centaine de produits en provenance d’une quinzaine de gestionnaires.

Suivi et renforcement

Le CLA sera également chargé du suivi de la procédure, et notamment du respect par les gestionnaires de la politique d’investissement qui a débouché sur l’obtention du label. La vérification de la conformité des portefeuilles concernera environ 20% des fonds labellisés chaque année, en donnant la priorité aux produits sur lesquels des manquements sont davantage susceptibles de se produire (par exemple sur les actions émergentes). "Le label est octroyé pour une période d’un an, et pourra donc être retiré si le produit ne répond plus aux exigences", rappelle Olivier Marquet.

Le Réseau Financité qui promeut la finance solidaire et responsable estime toutefois que ce label reste loin d’une norme idéale pour les investisseurs. Il est toutefois appelé à évoluer, avec des critères qui seront progressivement renforcés, notamment sur la proportion des actifs sous gestion exposés à la production d’énergie fossile. "Le but est de pouvoir le faire évoluer en fonction des évolutions des attentes de la société, des nouvelles règlementations européennes, des découvertes académiques; tout en restant compatible avec les projets de labels au niveau européen", indique encore Karel Van Eetvelt.

La liste des produits labellisés durables est disponible sur www.towardssustainability.be, qui détaille les politiques durables de tous les produits labellisés.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect