Aedifica, Elia et Euronav parmi les candidats à une entrée dans l'indice Bel 20

Ellia pourrait faire un retour dans le Bel 20. ©rv

Les fortes variations de cours subies par un certain nombre d’actions en 2019 provoqueront immanquablement des remaniements dans la composition du Bel 20. Et plus d’un!

Ce sera bientôt l’heure pour les responsables des indices d’Euronext Bruxelles de passer au peigne fin ses principaux indices. Et de voir si les valeurs qui les composent méritent toujours leur place dans les indices ou si elles sont condamnées à céder leur fauteuil à d’autres actions, en fonction des principaux critères déterminés par les responsables de la Bourse de Bruxelles. Cet exercice, le comité des indices d’Euronext Bruxelles le pratique chaque année dans le courant du mois de mars sur la base des cours de clôture des actions de l’avant-dernier vendredi de février. Et les décisions éventuellement prises, elles, entrent en vigueur le 3e vendredi de mars, à la clôture de la séance.

Voilà pour la manière dont procédera Euronext Bruxelles. Quelques semaines de patience donc pour savoir si des modifications sont à prévoir en ce qui concerne la composition de l’indice Bel 20. Pour satisfaire les impatients, L’Echo s’est néanmoins prêté à ce jeu sur la base des cours de ce mardi. Le résultat de cet exercice est donc à prendre avec les réserves d’usage, même si l’on peut déjà se faire une idée de ce qui sortira du chapeau du comité des indices en mars.

Aedifica et Elia nominés

On pouvait le penser. Les fortes variations subies par un certain nombre d’actions ces deux dernières années et surtout en 2019 provoqueront immanquablement des remaniements dans la composition de l’indice Bel 20. Avec pour conséquence qu’Aedifica et Elia monteront dans le Bel 20. Ce mouvement peut être considéré comme quasi acquis – sauf accident de parcours –, dans la mesure où ces deux valeurs ont pris une belle avance sur leurs poursuivants sur le plan de la valeur boursière de leur capital flottant (soit de leurs actions qui peuvent faire l’objet d’échanges en bourse). En plus d’une augmentation de capital d’un montant de 418 millions d’euros qui a contribué à gonfler sa valeur en bourse, Aedifica a vu son action grimper de 50,5% l’an passé.

©Mediafin

Pour Elia, qui avait été retiré du Bel 20 en mars 2017 après un an de présence, ce sera un retour dans l’indice. Son action avait progressé de 37,4% en 2019. Avec une hausse de 76,5% de son action, Euronav est un autre candidat sérieux pour gagner un siège dans l’indice phare de la place de Bruxelles.

Les valeurs à risque

Les belles performances réalisées par ces trois valeurs ont pour conséquence de mettre en péril les places d’Ontex et d’Aperam dans le Bel 20. Malgré l’envolée de 121% de son titre en 2019, Barco est également assis sur un siège éjectable. Le handicap de Barco est de disposer d’un capital flottant de 55%, trop modeste par rapport à celui par exemple d’Aedifica (100%) ou d’Euronav (85%).

Cela dit, l’accession d’Euronav dans le Bel 20 et le retrait de Barco sont loin d’être des faits acquis. Cela tient de la procédure à laquelle Euronext Bruxelles a recours pour constituer le Bel 20. Pour opérer leur choix, les responsables établissent une liste des 22 sociétés affichant les plus grosses valeurs boursières au niveau de leur capital flottant. Les 18 premières sont d’office sélectionnées pour faire partie du Bel 20. Les 4 suivantes seront sélectionnées selon la valeur de leur capital flottant. La priorité sera toutefois attribuée aux sociétés qui se trouvent déjà dans le Bel 20.

Barco conserverait de justesse son fauteuil dans l’indice Bel 20.

Euronav, qui affiche le 19e plus important capital flottant, devrait hériter du fauteuil de Barco. Mais en vertu du principe selon lequel la priorité est donnée à l’action déjà présente dans le Bel 20, Barco qui affiche le 21e plus gros capital flottant, est censé malgré tout conserver son siège.

Le cas Sofina

Petit détail encore, mais il peut avoir son importance pour Aperam. Le risque pour l’action Sofina d’être insuffisamment échangée en regard de ce qu’imposent les règles pour accéder au Bel 20, peut conduire à l’éviction de son action du Bel 20.

Cela permettra à Aperam, toujours sur la base des cours de bourse de ce mardi, de monter d’une place dans le classement et de se glisser dans la liste des 22 plus grosses valeurs au niveau du capital flottant à Bruxelles. Et donc, toujours en vertu du principe qu’une action déjà présente dans le Bel 20 jouit d’une priorité, de sauver sa place dans le Bel 20.

Reste un autre cas. C’est celui de savoir si Euronext Bruxelles considérera qu’ING dispose de suffisamment d’effectifs en Belgique. Cette question ne devrait toutefois pas, semble-t-il, causer de soucis cette année encore à la présence de cette valeur dans le Bel 20.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n