Balta se tisse un avenir inquiétant

©Jonas Roosens

L'action Balta a chuté en Bourse après l'annonce d'un remboursement de crédit via une opération de location-vente de deux de ses sites de production. L'endettement élevé du fabricant de tapis préoccupe.

Balta  a levé un coin de tapis et ce qui a été dévoilé a effrayé les investisseurs. L'action de l'entreprise de revêtements de sol textiles a chuté ce mercredi en Bourse de Bruxelles.

Et pour cause: mardi soir, la société de Vive-Saint-Bavon a fait savoir qu'elle avait réalisé une opération de "sale and lease back" (location-vente) portant sur deux des cinq sites de production dont elle est propriétaire en Belgique, le montant dégagé ayant été en grande partie utilisé pour rembourser anticipativement un crédit.

Solution de "dernier recours"

"Opter pour un sale & lease back est toujours un dernier recours pour une entreprise industrielle", analyse Kepler Cheuvreux, dans une note publiée ce mercredi. Le courtier se contente de suivre Balta de loin et se garde bien d'émettre une recommandation et un objectif de cours. "L'entreprise reste sous pression à cause du cours euro/dollar, du Brexit (plus de 20% des ventes sont réalisées outre-Manche, NDLR) et des coûts des matériaux", ajoute Kepler.

Opter pour un sale & lease back est toujours un dernier recours pour une entreprise industrielle.
Kepler Cheuvreux

La transaction a rapporté 42 millions d'euros. Balta a utilisé l'argent pour rembourser l'intégralité des prêts obtenus dans le cadre d'une ligne de crédit de 35 millions d'euros arrivant à échéance en septembre prochain. Concernant le volet de la location des bâtiments vendus, le pionnier des tapis à poils longs signale avoir obtenu un financement sur dix ans auprès de trois des principales banques avec lesquelles il est en relation.

Le bilan, "préoccupation majeure"

L'opération devrait alléger la pression sur le bilan de Balta car le taux d'intérêt obtenu pour ce prêt bancaire "devrait être significativement plus bas que celui de l'obligation à 7,75% en cours", relève Kepler. Mais dès qu'il est question de restructuration de l'endettement, les marchés deviennent nerveux. "Avec une dette nette de 320 millions d'euros à la fin du troisième trimestre 2019 et un ratio dette/résultat opérationnel d'environ 4 avant cette transaction, le bilan est une préoccupation majeure pour les investisseurs", constate KBC Securities.

Le financement via les marchés est, de facto, fermé pour Balta en ce moment.
KBC Securities

Le courtier souligne que l'obligation à 7,75% de Balta, qui expire en septembre 2022, cote actuellement à 93,6% de sa valeur faciale, ce qui implique un taux d'intérêt de quelque 10% sur le marché. "A notre avis, cela signifie que le financement via les marchés est, de facto, fermé pour Balta en ce moment", conclut KBC Securities, qui maintient néanmoins sa recommandation à "accumuler" et son objectif de cours à 4 euros, à cause de la faible valorisation du titre, qui cote à six fois les résultats estimés de 2020.

Pas de fumée (de moquette) sans feu

On rappellera toutefois que le leader européen de la moquette en rouleau à usage résidentiel est devenu, depuis sa décevante introduction en Bourse le 14 juin 2017, un spécialiste des avertissements sur résultats.

10%
Le taux que Balta devrait payer pour se financer via les marchés
L'obligation à 7,75% de Balta, qui arrive à échéance en septembre 2022, cote actuellement à 93,6% de sa valeur faciale, ce dont on peut déduire un taux d'intérêt d'environ 10% si le spécialiste des dalles de moquette devait solliciter les investisseurs en ce moment.

KBC Securities dit toutefois croire que les mesures de restructuration et la baisse des prix des matières premières permettront au numéro deux mondial des tapis industriels de retrouver un meilleur élan au niveau des bénéfices cette année.

Reste que, pour les investisseurs qui, ce mercredi, se sont débarrassés de l'action du spécialiste des tapis tissés à plat, il n'y a pas de fumée (de moquette) sans feu.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect