Barclays n’a pas la fibre Proximus alors que Berenberg vante Telenet

Proximus a conclu deux partenariats pour le déploiement du réseau de fibre optique en Belgique. ©REUTERS

Barclays conseille désormais de vendre l’action Proximus et a réduit son objectif de cours. Telenet, pour sa part, a gagné un nouveau fan avec le broker Berenberg.

On le sait, Proximus affiche de grandes ambitions en matière de fibre optique. Fin juillet, l’opérateur a annoncé un double partenariat. Avec Delta Fiber, pour le nord du pays et Eurofiber, pour le sud. Objectif déclaré : 4,2 millions de foyers et d’entreprises belges connectables d’ici la fin de 2028.

De son côté, Telenet a entamé, en juin, des discussions avec Fluvius portant sur la réalisation du réseau des données du futur. Cette dernière a mis en place, depuis le début de l’année 2019, un projet pilote: un réseau ouvert de fibre optique auprès de 15.000 foyers de cinq villes et communes flamandes.

Voilà le décor succinctement planté.

"Vendez Proximus"

Pour Barclays, dans ce contexte, le cash-flow libre de Proximus devrait s’améliorer dans la mesure où le poids des investissements dans la fibre est partagé avec des partenaires. Le déploiement accéléré permettra aussi d’accroître le nombre de connexions.

"Le bénéfice des partenariats dans la fibre sera compensé par le fait que Proximus ne détiendra pas l’entièreté de son réseau."
Simon Cole
Analyste chez Barclays

Toutefois, ce bénéfice sera compensé par le fait que l’opérateur ne détiendra pas l’entièreté de son nouveau réseau comme c’est le cas aujourd’hui souligne Simon Coles de Barclays. En plus de cela, l’analyste, voit peu de catalyseurs positifs pour l’action et donc pas de hausse en comparaison avec le reste des valeurs télécoms qu’il suit (+20% en moyenne).

Il préfère Telenet et Orange Belgium pour lesquelles il est à l’achat et a donc dégradé Proximus à "sous-pondérer" (vendre) contre "neutre" avant. L’objectif de cours passe de 20,5 euros à 17 euros. Le titre a mal encaissé cette décision, abandonnant 5% en matinée avec un plus bas de 16,3 euros.

"Achetez Telenet"

De son côté, Berenberg a décidé de passer à l’achat sur Telenet relevant son target à 40,3 euros contre 37,5 euros avant. David Burns estime que les inquiétudes sur les investissements dans la fibre sont exagérées. La vente potentielle des mâts de téléphonie mobile (3.000 unités qu’il valorise à 525 millions d’euros) pourrait servir à injecter des capitaux dans une co-entreprise avec Fluvius qui resterait hors bilan.

525
millions €
Berenberg valorise à 525 millions d'euros les 3.000 mâts GSM de Telenet.

Sur la base d’un partenariat 50/50 et sans sponsor financier, l’analyste estime à 550 millions d’euros le montant que Telenet devrait apporter à cet joint venture.

Une partie des fonds tirés des mâts pourrait aussi être utilisée pour financer l’acquisition de VOO dont le processus de vente devrait démarrer en décembre, estime-t-il.

Enfin, l’analyste s’attend à ce que Telenet fasse une mise à jour sur sa politique de rémunération des actionnaires lors des résultats du 3e trimestre le 29 octobre.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés