Celyad salué, Econocom en hausse (débriefing actions belges)

Celyad s'est distingué dans un marché en baisse à Bruxelles.

Un feu vert de la FDA a fait bondir le titre Celyad. Econocom a continué de progresser. Umicore a vu un changement de prix cible chez un courtier.

La Bourse de Bruxelles a reculé ce mardi dans le sillage du repli des marchés américains lundi. Les inquiétudes quant à la propagation du coronavirus et les tensions diplomatiques entre les États-Unis et la Chine ont entraîné le retour de l'aversion au risque. Le Bel 20 a perdu 0,59% à 3457,77 points.

Proximus (+1,87%), Ageas (+2,52%) et Telenet (+1,14%) ont résisté à la tendance. Ageas a acquis, la semaine dernière, 17.500 actions propres au prix unitaire moyen de 33,08 euros.

En revanche, les valeurs cycliques ont souffert. Umicore a perdu 0,96%, et Aperam 2,15%. Morgan Stanley a relevé son objectif de cours sur Umicore à 28 euros, contre 25 euros avant. La recommandation reste à "sous-pondérer".

Galapagos et argenx ont connu une forte baisse, de 4,08 et 3,26% respectivement. Barco (-4,15%) est lanterne rouge.

Sur le marché élargi, Celyad a bondi de 11,68%. La biotech a annoncé que la FDA (Food and Drug Administration) américaine avait accepté la demande d’IND (Investigational New Drug) pour son produit CYAD-211, une thérapie CAR-T allogénique basée sur la nouvelle technologie dite "shRNA" (ou ARN) ne faisant pas appel à l’édition du génome. Ce nouvel essai clinique de phase 1, qui débutera d'ici la fin de l'année, portera sur le traitement du myélome multiple récidivant/réfractaire, selon un communiqué.

Econocom , après son envolée de lundi, a gagné 4,39%.

EVS a pris 2,85%. Le groupe a acquis, la semaine dernière, 10.812 actions propres au prix unitaire moyen de 16,40 euros.

Mithra a reculé de 1,18%. La biotech a annoncé la signature d’un accord de licence et l’approvisionnement (LSA) avec Megalabs pour la commercialisation de son anneau vaginal contraceptif Myring au Mexique. Selon les termes de cet accord, Megalabs distribuera Myring au Mexique, où le marché des anneaux contraceptifs s’élève à 2,8 millions d’euros par an. Mithra recevra un paiement initial et pourra bénéficier de paiements d’étape et des revenus récurrents basés sur des quantités minimales annuelles.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés