Chiffre d'affaires moins corseté que prévu chez Van de Velde mais bénéfice attendu sous pression

©Sofie Van Hoof

L’effort dans le commerce en ligne "commence à payer", suppose Degroof Petercam. Mais les investissements consentis devraient continuer à peser sur les bénéfices.

Van de Velde  se porte un peu mieux. Sur l’ensemble de l’année 2018, le fabricant de lingerie a réalisé un chiffre d’affaires de 205,2 millions d’euros, en baisse de 1,8%, a-t-il annoncé jeudi. Le groupe belge a donc limité les dégâts puisqu’au premier semestre, ses ventes affichaient un recul de 2,3%.

La société basée à Schellebelle indique que ce chiffre d’affaires est "conforme aux attentes". À la fin du mois d’août, lors de la publication de ses résultats semestriels, il avait en effet indiqué s’attendre à "une faible diminution du chiffre d’affaires sur une base comparable". Effectivement, à périmètre comparable, c’est-à-dire en faisant abstraction des effets saisonniers qui influencent les ventes, le chiffre d’affaires a limité son recul à 1,2%, à 203 millions d’euros. Si on fait en plus abstraction des effets de change qui ont affecté négativement les résultats, le repli est d’à peine 0,2%, indique l’entreprise.

Van de Velde a même dépassé les espérances de KBC Securities. Dans une note publiée jeudi, le courtier a calculé qu’au deuxième semestre, le chiffre d’affaires du détenteur des marques Marie Jo, PrimaDonna et Andres Sarda a atteint 94,3 millions d’euros, soit une progression de 0,65%. KBC Securities avait tablé sur 91,6 millions et voyait le chiffre d’affaires annuel à 202,5 millions d’euros. Étant donné que ce dernier a atteint 205,2 millions, KBC Securities a décidé de revoir à la hausse son modèle d’évaluation de Van de Velde. Le courtier voit désormais l’action atteindre 29 euros d’ici un an, contre un objectif de cours de 26 euros précédemment. La recommandation est maintenue à "conserver".

Dépenses élevées en 2018

Degroof Petercam est également agréablement surpris par les chiffres de Van de Velde. La banque avait prévu un chiffre d’affaires de 201,5 millions d’euros en 2018. "Les chiffres publiés impliquent des ventes stables sur un an au deuxième semestre, ce qui est mieux qu’anticipé", indique Nathalie Debruyne, analyste de Degroof Petercam dans une note publiée jeudi.

Van de Velde ne commente pas la tendance de la deuxième partie de l'année mais nous supposons que le virage vers la vente en ligne a commencé à payer.
Nathalie Debruyne
Analyste chez Degroof Petercam

Elle suppose que "le virage vers la vente en ligne commence à payer". À ce sujet, elle rappelle que Van de Velde a réalisé des investissements élevés cette année, "ce qui continuera à peser sur les bénéfices". Ces derniers mois, le groupe de lingerie a réalisé des efforts pour développer une plate-forme de commerce sur internet, afin de contrer l’érosion des ventes due au succès grandissant du commerce électronique. La mise à niveau de son informatique a nécessité de grosses dépenses.

Sachant que ces dernières continueront à peser sur le bénéfice à court terme, Degroof Petercam maintient sa recommandation à "conserver" et son prix cible pour l’action Van de Velde à 31 euros.

Le spécialiste de mode balnéaire et de sportswear, qui se cherche toujours un nouveau directeur financier, a par ailleurs décidé de ne plus communiquer d’aperçu de son chiffre d’affaires à l’avenir: ces données ne seront désormais dévoilées qu’au moment de la publication de l’ensemble des résultats semestriels et annuels. En l’occurrence, les données complètes de Van de Velde pour 2018 seront publiées le 27 février prochain. En Bourse, l’action a bien réagi aux chiffres publiés jeudi.

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content