Publicité

Consensus Bel 20: la décote moyenne retombe sous les 20%

Les analystes ont fait la distinction entre les groupes lourdement impactés par le Covid-19 et ceux qui seront largement immunisés.

Après avoir corrigé lourdement durant les mois de mars et d’avril, le consensus s’est normalisé durant le mois écoulé. Du côté des différentes composantes de l’indice Bel 20, les cours se sont appréciés en moyenne de 1,3% avec 13 révisions positives pour 7 négatives. AB Inbev (-12%) et Proximus (-9%) ont subi les plus forts reculs.

Du côté du consensus, les objectifs moyens ont corrigé de 2,9%, les plus fortes baisses étant toutefois concentrées sur certaines valeurs, et plus particulièrement sur AB Inbev (-11%) ainsi que sur l’ensemble des valeurs financières: ING (-13%), Ageas (-10%) ou KBC (-9%).

19
%
Le potentiel moyen a continué de se réduire, de 24% à 19% à la mi-mai.

Le potentiel moyen a continué de se réduire à mesure que les analystes ont ajusté leurs attentes à la nouvelle réalité économique, avec un recul de 24% vers 19% à la mi-mai. Colruyt reste la valeur la plus chère de la cote.

Gagnants et perdants

AB Inbev a enregistré une large majorité de révisions négatives sur le mois écoulé, avec un avis descendu vers "neutre" chez Morgan Stanley, tandis que de nombreux autres courtiers (RBC Capital Markets, Barclays, Bernstein, Crédit suisse ou ABN Amro) ont abaissé leur objectif. Les résultats trimestriels du brasseur belge n’ont pas été bien accueillis, avec une performance opérationnelle qui va rester largement sous pression durant les prochains mois en raison de volumes de vente en forte baisse dans les bars et restaurants.

KBC a subi de nombreuses révisions négatives de ses objectifs, les analystes intégrant un impact négatif de la crise en raison d’une hausse attendue des provisions sur créances douteuses.

Ageas a encaissé de nombreuses révisions négatives au niveau des objectifs (en provenance de Kepler Cheuvreux, Exane, ABN Amro, UBS ou JP Morgan Cazenove), les analystes intégrant dans leurs attentes bénéficiaires l’impact de la crise sanitaire. De son côté, Degroof Petercam estime que le mouvement de baisse est bientôt terminé, avec un avis qui a été remonté vers "acheter", en estimant que l’assureur mérite une prime par rapport au reste du secteur.

KBC a subi de nombreuses révisions négatives de ses objectifs (Deutsche Bank, Kepler Cheuvreux, UBS, Exane, Jefferies ou Morgan Stanley), les analystes intégrant un impact négatif de la crise en raison d’une hausse attendue des provisions sur créances douteuses. À noter que le groupe a été relevé à l’achat chez Oddo BHF, qui estime exagérée la décote subie durant les derniers mois.

Proximus a enregistré plusieurs hausses de rating (de la part notamment de Berenberg et Oddo BHF), tandis que les objectifs ont été révisés à la baisse afin d’intégrer la baisse du dividende ainsi qu’un climat concurrentiel qui s’annonce moins favorable.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés