Deceuninck est parvenue à isoler ses activités de la pandémie

Le CEO de Deceuninck, Francis Van Eeckhout, peut avoir le sourire. "Malgré l'incertitude à court terme à cause de la pandémie, nos moteurs de croissance restent intacts", a annoncé sa société ce vendredi. ©Emy Elleboog

Le groupe belge a vu ses principaux chiffres progresser en 2020 malgré la crise sanitaire. Et grâce au Green Deal européen, il espère poursuivre sur cette voie à court terme.

642
MILLIONS D'euros
Selon des données préliminaires et non auditées, Deceuninck s'attend à ce que ses ventes atteignent 642 millions d'euros pour 2020. Ce qui représente une hausse de 1% par rapport à l'exercice précédent.

Deceuninck a créé la surprise vendredi matin en dévoilant des résultats préliminaires positifs pour 2020. Le spécialiste des profilés en PVC et composite pour fenêtres et portes table sur un chiffre d'affaires de 642 millions d'euros pour l'ensemble de l'année, contre 634 millions en 2019. Son ebitda ajusté devrait par ailleurs être compris entre 82 et 86 millions d'euros. Soit une hausse de 36% par rapport à l'année précédente.

"L'impact négatif de la pandémie a été largement compensé par la mise en œuvre immédiate de diverses initiatives de réduction des coûts", explique la société dans son communiqué. Et ce, en parvenant même à réduire son endettement. Sa dette nette devrait tomber à 60 millions d'euros environ contre 140 millions en 2019.

Les résultats définitifs seront publiés le jeudi 25 février.

Un retour en grâce?

L'annonce a été largement saluée par les investisseurs. L'action signe la meilleure performance de la séance à la Bourse de Bruxelles, gagnant jusqu'à 8,50% en début de journée. Ce qui lui a permis de totalement effacer ses pertes de l'année passée et de retrouver son niveau d'août 2018.

"Bien que l'augmentation des prix des matières premières représente un défi pour l'avenir, les résultats 2020 montrent que le fabricant de profilés en PVC bénéficie, notamment, du gain de clients aux États-Unis et de la rationalisation des produits de la marque en Europe."
Wim Hoste
Analyste chez KBC Securities

De leur côté, les analystes pointent à l'unisson des chiffres meilleurs qu'attendus. "Bien que l'augmentation des prix des matières premières représentent un défi pour l'avenir, les résultats 2020 montrent que le fabricant de profilés en PVC bénéficie, notamment, du gain de clients aux États-Unis et de la rationalisation des produit/de la marque en Europe", souligne Wim Hoste de KBC Securities.

Il évoque également une valorisation "attractive" et une "confiance accrue dans le scénario d'un retour à la rentabilité". C'est pourquoi son objectif de cours passe de 1,9 à 2,7 euros.

Selon Maxime Stranart et Stijn Demeester (ING), ces résultats montrent que le second semestre 2020 a été "solide", avec des ventes en hausse de 10% sur un an et un bond de 85% de l'ebitda ajusté.

"De bon augure pour 2021 et 2022"

"Cela devrait être de bon augure pour 2021 et 2022, lorsque les mesures de réduction des coûts et les investissements passés devraient porter leurs fruits", note pour sa part Kris Kippers de Degroof Petercam. Il a également relevé son objectif de cours à 3 euros.

En guise de perspectives, Deceuninck se montre confiant pour les mois à venir. La société affirme que malgré l'incertitude à court terme, ses "moteurs de croissance restent intacts". "Il y a un besoin grandissant du côté des logements neufs ainsi que des rénovations afin de répondre aux exigences croissantes en matière de confort et d'isolation", indique-t-elle. Et d'ajouter: "Nous prévoyons que cela sera soutenu par diverses initiatives gouvernementales comme le Green Deal en Europe."

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés