Econocom à son plus haut niveau en 2019 (+ débriefing actions belges)

©BELGA

Le Bel 20 a fini en très légère hausse. ING a profité de l’intérêt pour les valeurs bancaires. AB InBev se prépare à réduire sa dette. Nyrstar a plongé. Le secteur biotech a été animé.

La Bourse de Bruxelles a fini sur une hausse symbolique au terme d’une séance hésitante lundi. Le Bel 20  a grimpé de 0,04%. L’indice belge a été tiraillé entre l’optimisme des investisseurs sur le commerce mondial et la persistance des inquiétudes pour la croissance économique.

Parmi les actions en vue, ING  a progressé de 0,64%, après avoir déjà bondi de 3,62% vendredi grâce à une note favorable de Citigroup jugeant que le modèle d’affaires de la banque dans le numérique la différenciait de ses concurrentes. Selon Citi, même si un avantage compétitif ne dure jamais longtemps dans le secteur bancaire, ING a pris une distance suffisante sur ses concurrentes pour continuer à en bénéficier à moyen terme. Pas ailleurs, les valeurs bancaires européennes ont bénéficié d’une légère remontée des taux d’intérêt des obligations gouvernementales.

AB InBev  a grimpé de 0,28%. Le groupe brassicole active les préparatifs de la mise en Bourse de ses activités asiatiques, a révélé l’agence Reuters. AB InBev a mandaté plusieurs banques d’affaires en vue d’une introduction sur la place financière de Hong Kong, une opération qui pourrait rapporter environ cinq milliards de dollars au groupe belgo-américain. De quoi alléger sensiblement son endettement élevé, conformément à ses promesses.

Hors Bel 20, Curetis  a bondi de 5,29%, après s’être déjà envolé de plus de 21% vendredi, jour où la biotech avait annoncé que sa filiale Ares Genetics allait offrir de nouveaux services en microbiologie moléculaire.

Le secteur biotechnologique a continué à faire l’objet de spéculations, comme l’illustrent la hausse de 5,96% de MDXHealth  et le repli de 2,53% de Bone Therapeutics .

Nyrstar  a subi une nouvelle déroute. Le titre déjà mal en point du spécialiste du zinc s’est effondré de 52,38% après l’annonce de la prise de contrôle par Trafigura, un scénario qui provoque une dilution importante des actionnaires.

Econocom  a bondi de 3,77% après avoir déjà progressé de plus de 4,5% vendredi. Le titre atteint ainsi son plus haut niveau de l’année et affiche un gain de plus de 30% en 2019.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect