Feu vert à la simplification de la structure de contrôle de GBL

©Frédéric Pauwels / HUMA

Frère et Desmarais pourront avancer vers un contrôle en direct du holding coté. Les deux principales conditions suspensives à la réalisation de l’opération sont en effet désormais remplies.

Ça y est. Longtemps évoquée, la simplification de la structure de contrôle de GBL  a finalement passé un cap en ce début de semaine.

Il reste un petit élément bloquant: il faudra que d'ici au 26 juin, aucune autorité judiciaire ou administrative ne rende de décision visant à "empêcher, interdire ou qualifier d'irrecevable" l'offre de Parjointco sur Pargesa ou sa réalisation. Mais pour le reste, les deux principales conditions suspensives à la réalisation de l’opération sont en effet désormais remplies.

Suite aux différentes initiatives stratégiques et restructurations, l'existence de Pargesa n'était plus nécessaire.
Gérald Frère
Vice-président du conseil d’administration de GBL

Et ce, avec, d'une part, l’introduction du droit de vote double approuvée fin avril à la majorité des deux tiers lors l’assemblée générale du holding belge qui se tenait à huis clos pour cause de mesures de confinement. Mais aussi avec, d'autre part, l'acceptation de l'offre du véhicule de tête par les actionnaires de la société cotée en Suisse. Ce qui est désormais le cas, a fait savoir Parjointco ce mardi dans un communiqué, au lendemain de la période d'un mois de l'offre publique d'échange (OPE).

Pour rappel, cette disparition de Pargesa faisait sens. En effet, "suite aux différentes initiatives stratégiques et restructurations mises en œuvre au fil des ans, ses actifs se composaient aujourd'hui presque exclusivement d'une participation de 50% dans GBL. Ainsi, l'existence d'une société holding distincte cotée n'était plus nécessaire", résumait récemment Gérald Frère, vice-président du conseil d’administration de GBL à l'occasion de l'AG du holding.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés