Publicité

Fin de l'idylle entre Sofina et les investisseurs?

Le holding dirigé par Harold Boël a vu ses capitaux propres bondir de près de 17% au premier semestre, à 10,4 milliards d'euros.

Malgré un solide rapport financier, l'action du holding pique du nez en bourse. La faute à la Chine et à une prime trop élevée selon certains analystes.

Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel. Sofina l'a appris à ses dépens ce vendredi. Son action a terminé lanterne rouge du Bel 20 malgré la publication de solides résultats semestriels: le holding de la famille Boël a fait état d'un bénéfice net de 1,6 milliard d'euros au premier semestre 2021. Contre une perte de 211 millions d'euros sur la même période l'année précédente. Ses capitaux propres sont passés en un an de 8,9 à 10,4 milliards d'euros (soit 308,72 euros par action).

"Sofina continue de prospérer grâce à la dynamique positive du paysage technologique et du capital-investissement, renforçant ainsi son palmarès impressionnant."
Michiel Declercq
KBC Securities

"Dans l’ensemble, les sociétés du portefeuille ont affiché de bons résultats au cours du semestre écoulé. Conformément aux tendances qui ont pu être observées depuis le début de la crise, les bonnes performances de certaines sociétés du portefeuille ont compensé les moins bons résultats affichés par d’autres participations", explique-t-il dans son rapport financier.

Un point noir vient toutefois entacher le tableau: les nouvelles réglementations de la Chine sur les sociétés technologiques ou actives dans le secteur de l'éducation auront "un impact provisoire négatif" de 2% à 3% sur la valeur intrinsèque du groupe. "Cela est bien supérieur à ce que nous attendions et a peut-être à voir avec la mystérieuse participation dans China Co-Investment", souligne Kris Kippers, de Degroof Petercam.

Une prime "excessive"?

L'analyste rappelle au passage qu'il a abaissé sa recommandation sur Sofina à "réduire" il y a un mois, lorsque le titre évoluait autour de 410 euros et affichait une prime de plus de 25% par rapport à sa valeur intrinsèque. "Nous estimons la prime d'aujourd'hui à 18%, ce qui reste excessif à nos yeux."

18%
Selon les calculs de Degroof Petercam, l'action Sofina se négocie actuellement avec une prime d'environ 18% par rapport à sa valeur intrinsèque. Ce qui est excessif aux yeux du broker.

Selon lui, une nouvelle chute de l'action, qui déboucherait sur une fourchette de prime comprise entre 5% et 10%, semble "justifiée, en particulier compte tenu de l'impact plus élevé que prévu de la répression chinoise". C'est pourquoi il a maintenu sa note à "réduire" avec un objectif de cours à 362 euros.

Son avis n'est cependant pas partagé par tous. Chez KBC Securities, dont le conseil reste à "conserver", on estime que la prime est justifiée "en comparaison à d'autres holdings avec des antécédents et une orientation d'investissement similaires". L'analyste Michiel Declercq s'inquiète d'ailleurs peu de l'impact de la Chine sur Sofina, jugeant le risque global "limité car le portefeuille du groupe est très bien équilibré". Et il conclut ainsi: "Sofina continue de prospérer grâce à la dynamique positive du paysage technologique et du capital-investissement, renforçant ainsi son palmarès impressionnant."

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés