Kinepolis rebranche la prise (débriefing actions belges)

La Bourse de Bruxelles a limité la casse. ©BELGA

Le Bel 20 a terminé quasi inchangé. Les perspectives de déconfinement ont redonné des couleurs à Barco et Kinepolis.

Le marché bruxellois est parvenu à rebondir à l'ouverture de la séance de ce mardi. L'embellie n'aura toutefois duré que quelques minutes, le Bel 20 changeant de direction dans la première heure d'échanges, lesté notamment par le repli prononcé d'Argenx. Au final, l'indice de référence est resté stable de 3.800 points alors que la pression sur le marché obligataire a encore pesé sur la tendance.

Exemple avec Argenx (-3,77%), plus forte baisse du jour au sein du Bel 20. La biotech a vu sa valorisation boursière gonfler ces dernières semaines grâce aux progrès affichés par ses traitements en cours d'étude clinique. L'évaluation d'Argenx est également basée sur les flux de trésorerie qu'elle prévoit de générer dans un avenir lointain. Ces flux sont calculés sur la base des taux d’intérêt actuels, soit proches de zéro. Une augmentation, même infime, de ces taux remet en question le calcul de la valeur d'entreprise de la biotech, ce qui explique la réaction du jour sur le titre Argenx.

À l'inverse, la remontée des taux a favorisé les banques du Bel 20. ING (+1,58%) et KBC (+2,37%) ont occupé le haut du tableau. Elles ont tenu compagnie à Barco (+2,27%), le spécialiste de l'imagerie profitant du retour en grâce des exploitants de salles de cinéma.

À la veille de la publication de ses résultats, le chimiste Solvay a pris 0,16% à 98,38 euros. Il a pourtant vu les analystes d'Oddo BHF remonter leur objectif de cours de 12 euros pour le fixer à 116 euros.

Hors Bel 20, Kinepolis a grappillé 7,59%. Le groupe belge a sans doute bénéficié de l'annonce de son concurrent américain AMC de rouvrir toutes ses salles à New York le mois prochain.

Lotus Bakeries (+1,92%) était également très recherchée après de nouveaux éloges présentés par les analystes d'ING. Ces derniers visent désormais 49% plus haut pour le titre du producteur de biscuits.

Euronav (-2,28%) avait plus de mal malgré la vente d'un tanker pour 36 millions de dollars. Un prix conforme aux attentes des suiveurs de l'action de l'armateur spécialisé dans le transport de pétrole.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés