L’action AB InBev offrirait un potentiel de hausse de 70%

©BELGA

Une meilleure maîtrise de la pandémie en Europe et la perspective d’une reprise de la croissance dans les pays émergents en 2021 pourraient profiter à AB InBev et Heineken.

Ce ne sont pas les actions des brasseurs que les analystes de Berenberg auraient tendance à privilégier à court terme dans le secteur des boissons en Europe. Campari, qui affiche le plus de potentiel, et Pernod Ricard, qui bénéficiera de davantage d’efficacité opérationnelle grâce à la fusion de ses deux réseaux commerciaux en France, sont plutôt celles qui ont actuellement leur faveur. Mais les actions  des brasseurs - pour qui la reprise sera plutôt lente - n’en devraient pas moins gagner l’intérêt pour les investisseurs à plus long terme.

Pandémie mieux maîtrisée en Europe

Parce que la pandémie connaît des sursauts dans les Etats les plus peuplés des Etats-Unis, les analystes de Berenberg auraient tendance à privilégier le secteur des boissons, les valeurs cotées en Europe. Progressivement, les affaires reprennent pour ces brasseurs de ce côté-ci de l’Atlantique.

"Si jamais une reprise devait devenir plus visible en 2021 sur les marchés émergents, alors AB InBev et Heineken - qui réalisent 50% de leurs ventes sur ces marchés - pourraient alors constituer une belle opportunité."
Javier Gonzales Lastra
Analyste chez Berenberg

Mais si les actions des brasseurs ne sont pas la priorité à ce jour des analystes de Berenberg, c’est parce que la reprise des affaires dans les marchés émergents qui ont compté parmi les plus touchés au monde par la pandémie sera plus lente que chez nous. "Si jamais une reprise devait devenir plus visible en 2021, alors AB InBev et Heineken - qui réalisent 50% de leurs ventes sur ces marchés - pourraient alors constituer une belle opportunité. Ces deux groupes pourraient voir la croissance de leurs ventes s’accélérer ", explique Javier Gonzalez Lastra qui a co-signé une note sur le secteur chez Berenberg.

Les estimations du courtier partent de l’idée que 85% de l’activité dans les bars et restaurants sera retrouvée en 2021 et 70% de celle des ventes au détail, de même que sur le fait que les revenus du secteur en termes organiques seront encore inférieurs de 5% par rapport à ceux de 2019. Si l’on applique le P/E moyen des deux derniers cycles économiques (2003-2019) à nos prévisions pour 2021, il y a alors de la place pour une hausse de 7,7% de la valorisation de ce secteur, et même de 19% si l’on applique le P/E moyen des 5 dernières années ".

AB InBev fortement sous-évalué

La chute des rendements obligataires aux Etats-Unis, constitue un autre facteur favorable pour les actions des brasseurs. En quelques mois, le rendement américain à 10 ans est passé de 3% à 0,6%. " L’écart entre ce rendement et la croissance des bénéfices toujours proche des sommets historiques offre un bon support de valorisation pour le secteur."

75,70
euros
Les analystes de Berenberg tablent sur un cours de 75,70 euros pour l'action AB InBev.

Dans ce contexte, les objectifs de cours ont été relevés pour l’ensemble des actions. C’est toutefois AB InBev qui a vu le sien remonter le plus sensiblement. Il passe de 55,20 euros à 75,70 euros. Par rapport à son cours de ce jeudi (44,80 euros), le potentiel de hausse de son action s’élève à près de 70%. Comme beaucoup de sociétés fort endettées, AB InBev avait fort souffert lors de la chute des bourses au mois de mars. L’atténuation depuis lors de ces craintes fait à présent ressortir " une sdévère sous-évaluation d’AB InBev sur les marchés, qui rend cette valeur attrayante dans son secteur ".

Pour Heineken, les analystes de Berenberg visent un cours de 106 euros et, pour Carlsberg, dont ils pensent que " ses affaires sont restées soutenues  durant la crise du Covid-19 du fait de sa modeste présence dans les commerces ", un cours de 1.010 couronnes danoises.

Notons que les analystes de Crédit Suisse, Société Générale et de Jefferies se sont aussi prononcés sur l’action AB InBev. Ils ont pour leur part émis un rating de " conserver " avec des objectifs de cours de 45-46 euros. Quant à ceux de Kepler Cheuvreux, ils en recommandent l’" achat " avec un objectif de cours de 50 euros.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés