Publicité

L'action UCB, premier choix de Jefferies

UCB a fait la course en tête à la Bourse de Bruxelles, profitant d'une recommandation franchement revue à la hausse de la part de Jefferies. Ce dernier en fait même sa "mid cap" favorite. ©UCB

Les indices européens reprennent des couleurs. Le Bel 20 est soutenu par l'excellente tenue d'UCB. Une note élogieuse de Jefferies a revigoré le groupe pharmaceutique.

Après deux séances dans le rouge, les marchés européens sont parvenus à rebondir ce jeudi, profitant de l'élan donné mercredi par Wall Street.

Les investisseurs voient d'un bon œil le tassement de l'inflation américaine, une statistique hautement surveillée par les banques centrales et qui est tombée à une semaine des décisions de la Réserve fédérale.

Par ailleurs, la cote internationale est toujours préoccupée par le sort du géant immobilier chinois Evergrande, à deux doigts d'une faillite que beaucoup craignent "systémique" .

En fin de matinée, les principaux indices européens évoluaient en hausse prudente, gagnant autour de 0,6%. Le Bel 20 , avec seulement deux valeurs dans le rouge, était au même moment légèrement plus dynamique grâce au réveil d'UCB et d'AB InBev .

UCB et les biotechs à la fête...

Les analystes de la banque d'investissement américaine Jefferies semblent être conquis par l'action du groupe pharma UCB  . Le pensionnaire du Bel 20 récolte les fruits des avancées du Bimekizumab, son traitement prometteur contre le psoriasis. Après l'aval de la Commission européenne, cet été, le médicament Bimzelx développé par UCB a également reçu, il y a quelques jours, une évaluation positive outre-Manche.

Chez Jefferies, on se réjouit des bonnes nouvelles accumulées par UCB. Le broker recommande à présent d'"acheter" les titres du groupe pharma, contre "conserver" auparavant. Il se montre également très optimiste pour les mois à venir, faisant grimper son prix cible de 35% pour le passer de 96 euros à 130 euros, avec la mention particulière de "meilleur choix pour les moyennes capitalisations". Pour rappel, le record de l'action UCB, atteint en juillet 2020, se situe à un petit peu plus de 113 euros.

Jefferies est confiant dans la faculté d'UCB a générer du cash avec la commercialisation de différents traitements basés sur le Bimekizumab, ce qui atténuera les vents contraires attendus en raison de la prochaine perte d'exclusivité sur ses brevets pour des médicaments comme le Neupro et le Vimpat. 

... Galapagos toujours pas invité

L'action UCB , ciblée par des prises de bénéfices après un excellent rebond estival, avait fondu de 7% la semaine dernière (voir graphique). Elle reprend son chemin haussier ce jeudi, glanant plus de 3%, à 93,2 euros, ce matin à la Bourse de Bruxelles pour prendre la tête du Bel 20. Entre le 1er janvier dernier et la fin août, le titre UCB avait grossi de 15%... soit presque la même progression que l'indice phare du marché bruxellois. 

À l'inverse, Galapagos, toujours en quête de renouveau après son cuisant échec, semble faire les frais du succès d'UCB. L'action évolue en retrait, lâchant 0,8% ce jeudi matin, ce qui aggrave sa chute depuis le début de l'année à 42%. Le titre est passé sous les 47 euros, soit bien loin de son record de 252,9 euros atteint en février 2020.

©Mediafin

Vivendi en passe de prendre le contrôle de Lagardère

À la Bourse de Paris, il était difficile de passer à côté de l'envolée de plus 20% de Lagardère, au centre d'un mouvement de taille entre plusieurs colosses du milieu français des affaires. L'action du groupe détenant, notamment, plusieurs grands titres de presse en France s'échangeait en fin de matinée à plus de 23 euros.

Vivendi, groupe aux mains de Vincent Bolloré et qui détient déjà 27% de Lagardère, va porter sa participation à 45% via le rachat des parts d'Amber Capital, actuellement premier actionnaire du holding. L'opération sera réalisée d'ici au 15 décembre 2022 au prix de 24,10 euros par action, pour un total de 610 millions d'euros.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés