L'économe Econocom

Jean-Louis Bouchard, CEO d'Econocom ©IMAGEGLOBE

L’homme fort d'Econocom, Jean-Louis Bouchard, détient de nouveau 40% du capital du groupe, après être descendu à 37,39% pendant quelques mois.

La page Robert Bouchard est désormais résolument tournée pour le groupe franco-belge Econocom . Après avoir rappelé en novembre le concerné, passé CEO en mars après avoir fait ses classes pendant 20 ans dans le groupe spécialisé en transformation digitale des entreprises, en raison d’une mauvaise gestion en temps difficiles – ayant joué sur le titre qui a perdu plus de 50% en un an –, c’est côté financier que le dernier au revoir a été comptabilisé.

En effet, il ressort des dernières publications d’opérations de dirigeants, listées par l’Autorité des services et marchés financiers (FSMA), que la cession de sept millions d’actions décidées entre le père et le fils en date du 8 janvier de cette année, pour une valeur de quelque 42 millions d’euros à l’époque, vient de connaître, fin décembre, une annulation "avec effet rétroactif", signe de l’adieu véritablement décidé.

Lesdites actions retournent dès lors en la possession de Jean-Louis Bouchard, actuel président du conseil d’administration, devenu CEO par la force des choses en novembre, aux commandes de l’entreprise depuis sa création, en 1974.

L’homme fort du groupe détient donc de nouveau 40% du capital, après être descendu à 37,39% pendant quelques mois.

Et les priorités sont désormais "simples et claires: être au rendez-vous de nos objectifs de fin d’année 2018 (après une révision à la baisse de l’objectif de résultat opérationnel pour 2018, intervenue début juillet et ayant eu l’effet d’un coup de massue, NDLR) et préparer une nouvelle phase de développement du groupe". Qui pourrait passer par des scissions et des cessions, comme la rumeur court en France? "Il est clair qu’il va falloir prendre un certain nombre de décisions, nous confiait le patron en novembre. Il faudra vendre des activités. En effet, nous avons réalisé beaucoup d’acquisitions ces derniers temps qui valent à présent assez cher. Il est temps de s’en séparer."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect