L'investisseur particulier belge moins pessimiste

©REUTERS

Les investisseurs particuliers belges sont restés pessimistes en septembre. Mais moins qu’en août, selon le Baromètre mensuel d’ING, qui évalue leur moral.

Les particuliers belges qui consacrent une partie de leur patrimoine aux actions de la Bourse de Bruxelles retrouvent quelque peu du moral. C’est ce qui ressort du Baromètre mensuel établi à l’issue de l’enquête menée par Kantar TNS à l’initiative d’ING (Belgique), en collaboration avec l’Université de Gand et les quotidiens De Tijd et L’Echo. Le Baromètre qui mesure la confiance des investisseurs, était tombé à 76 points au mois d’août, soit son niveau le plus bas depuis 2011. En septembre, il a effectué un rebond pour revenir à 91 points.

"L’amélioration de leur moral est à mettre sur le compte de la meilleure tenue de la Bourse."
Peter Vanden Houte
Chief Economist chez ING

Que s’est-il passé entre les mois d’août et de septembre qui puisse justifier une telle performance? Car finalement, les incertitudes découlant du différend commercial sino-américain et du Brexit sont toujours bien présentes. "Ce rebond en septembre est à mettre sur le compte du meilleur comportement de la Bourse en septembre", explique Peter Vanden Houte, chef économiste auprès d’ING. L’indice Bel 20 qui avait perdu 3,52% en août, avait repris 4,02% le mois passé. "Cela dit, s’empresse d’ajouter l’économiste, l’indicateur reste pour le 5e mois d’affilée sous le niveau de 100 qui indique que les gens pessimistes restent plus nombreux que les optimistes. Disons qu’ils sont moins pessimistes qu’auparavant."

De fait, à peine 19% des personnes sondées contre 12% pensent que l’économie belge repartira dans les prochains mois, tandis que 38% contre 48% continuent de prévoir un ralentissement de la conjoncture.

Amélioration nette

Vis-à-vis de la Bourse, l’amélioration du sentiment est plus nette. 34% contre 15% au mois d’août estiment que la Bourse montera au cours des prochains mois. Et ils ne sont plus que 38% contre 52% à penser qu’elle baissera. Les investisseurs les plus actifs comptent pour beaucoup dans la perception plus positive du comportement à venir des Bourses. "Parce qu’étant généralement plus investis en actions, ils sont plus sensibles à l’évolution de la Bourse", justifie Peter Vanden Houte.

En marge de l’enquête, ING a tenté de déceler le sentiment des investisseurs sur les dossiers du Brexit et de la guerre commerciale sino-américaine. Concernant cette dernière, 37% considèrent que les tensions dureront et 30% qu’elles s’intensifieront même.

Sur le Brexit, ils ne sont plus que 34% contre 51% un mois plutôt à penser que le Brexit aura lieu sans accord. Par contre, ils sont plus nombreux (43% contre 28%) à miser sur un nouveau report du Brexit.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect