L'optimisme de Greenyard rassure (débriefing actions belges)

©BELGA

La Bourse de Bruxelles est parvenue à poursuivre son rebond malgré une ouverture négative. Le groupe Greenyard table sur un quasi doublement de son ebitda au premier semestre, des perspectives largement saluées par les investisseurs.

Après avoir démarré la séance sur une note hésitante (-0,27%), le Bel 20 a rapidement pris de la hauteur grâce au soutien de plusieurs valeurs cycliques comme Aperam (+1,04% à 20,36 euros), Umicore (+0,72% à 26,70 euros) ou encore UCB (+1,01% à 67,70 euros). L'indice phare de la Bourse de Bruxelles a ainsi clôturé sur une progression de 0,43% à 3.502,19 points.

Le titre Greenyard s'est envolé de 20,83% à 2,90 euros. Le groupe de fruits et légumes a certes enregistré une baisse de 2,6% de ses ventes au premier trimestre de son exercice décalé, à 1,03 milliard d'euros. Mais il se montre particulièrement optimiste dans ses prévisions à court terme. Greenyard table sur un ebitda ajusté compris entre 43 et 45 millions d'euros au premier semestre, soit quasi le double de ce qui a été enregistré le semestre précédent. Ces perspectives "apportent davantage de confiance dans le plan de transformation de Greenyard", a commenté Fernand de Boer, de Degroof Petercam. C'est pourquoi l'analyste a relevé sa recommandation à "accumuler" contre "conserver" auparavant. Lire notre article

De son côté, MDxHealth continue son ascension. Après avoir bondi de 15,35% lundi, l'action a encore pris 15,19% à 1,35 euro. Rappelons que la compagnie d'assurance-maladie américaine Palmetto GBA conseille désormais de rembourser le SelectMDx, le test de dépistage du cancer de la prostate effectué par MDxHealth aux patients relevant du système de soins de santé Medicare.

Biocartis (+1,80% à 10,20 euros) a pour sa part invité ses actionnaires à une assemblée générale extraordinaire le 27 septembre prochain. À l'ordre du jour, les obligations convertibles émises cette année. La proposition du management consiste à modifier les conditions en cas d'un scénario de "changement de contrôle". Une offre publique d'achat (OPA) par exemple. Dans ce cas, l'intention n'est pas de convertir et de rembourser les obligations automatiquement, mais d'ajuster le prix d'exercice.

Enfin, bpost (-1,83% à 9,12 euros) a souffert d'une note d'analyste peu favorable. Kepler Cheuvreux a réduit son objectif de cours à 10 euros contre 14,50 euros avant. "Un certain nombre de problèmes à court et à long termes subsistent qui impliquent le peu de croissance de l'ebit", signale le broker. Sa recommandation reste toutefois à "conserver"

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés