La communication ne passe plus entre Proximus et les investisseurs

"En 2021, notre chiffre d'affaires sous-jacent domestique devrait rester assez proche du niveau de 2020", a prévenu le CEO de Proximus Guillaume Boutin. ©Photo News

Proximus a prévenu que 2021 sera une "année de transition" étant donné ses investissements dans la fibre. Une annonce qui n'est pas au goût des investisseurs.

L'horizon se couvre pour Proximus même si l'opérateur a ponctué l'année 2020 avec l'ensemble des principaux indicateurs dans la fourchette anticipée par le consensus des analystes. Il fait même légèrement mieux du côté du nombre de nouveaux abonnés en ayant enregistré 174.000 nouveaux abonnés mobile postpaid sur l'année.

1.750-1.775
millions d'euros
Proximus prévoit que son ebitda sous-jacent tombera à 1.750-1.775 milions d'euros cette année.

"L'année 2021 sera une année de transition pour Proximus, au cours de laquelle nous poursuivrons l'exécution de notre stratégie #inspire2022. En 2021, notre chiffre d'affaires sous-jacent domestique devrait rester assez proche du niveau de 2020", prévient toutefois son CEO Guillaume Boutin dans un communiqué.

Qui plus est, l'ebitda sous-jacent devrait se situer entre 1.750 et 1.775 millions d'euros l'année prochaine. "Soit 5% en dessous des attentes", relève Ruben Devos, analyste chez KBC Securities, dont le conseil reste à "conserver". "Nous ne voyons pas souvent chez les opérateurs télécoms de telles fluctuations de l’ebitda en glissement annuel, mais cela reflète dans une large mesure le passage à une stratégie davantage axée sur l’investissement."

Déception générale

"Les prévisions pour l'ebitda 2021 sont clairement décevantes", abonde Vivien Maquet (Degroof Petercam). Il signale également que la migration en cours vers le portefeuille de nouvelle génération et l'érosion des services existants continueront d'exercer une pression sur le segment B2B. C'est pourquoi il maintient sa recommandation à "réduire".

"Bien que Proximus appelle 2021 une 'année de transition', avec des bénéfices attendus plus tard, nous pensons que le marché ne sera pas trop satisfait des perspectives plus sombres à court et moyen terme."
Ruben Devos
Analyste chez KBC Securities

David Vagman (ING) salue, de son côté, le nouveau programme de réduction des coûts de 400 millions d'euros d'économies brutes sur 2020-2025. Proximus indique qu'environ la moitié de ce montant se reflète déjà dans son objectif de baisse de -1 à -2% des dépenses d’exploitation pour la période 2020-2022. "À notre avis, cela signifie que l'augmentation des économies de coûts est en réalité limitée à 200 millions d'euros entre 2023 et 2025, et donc pas beaucoup en net si l'on tient compte de l'inflation salariale en Belgique."

Au final, tous les analystes s'accordent à dire que l'annonce de Proximus va mal passer auprès des investisseurs. "Bien que Proximus appelle 2021 une 'année de transition', avec des bénéfices attendus plus tard, nous pensons que le marché ne sera pas trop satisfait des perspectives plus sombres à court et moyen terme", explique Ruben Devos. Résultat: l'action Proximus signe la plus forte baisse de la séance à la Bourse de Bruxelles.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés