Le Bel 20 charmé par UCB (Débriefing actions belges)

©Euronext Brussels

L'indice de référence du marché bruxellois a terminé en recul. Les belles perspectives émises par UCB n'ont pas fait le poids face aux mornes prévisions d'AB InBev.

Nouvelle volée de résultats à la Bourse de Bruxelles. Ce jeudi, 8 sociétaires d'Euronext Brussels publiaient leurs chiffres trimestriels ou annuels avant l'ouverture des marchés.

Du côté du Bel 20, AB InBev a vu son action fondre de 6,19%. Le bénéfice net du premier brasseur mondial a été divisé par deux l'an dernier. Mais ce sont surtout ses prévisions en matière de marges qui ont fait grincer des dents du côté des analystes.

Également au rapport, UCB (+5,76%) a agréablement surpris le marché avec un chiffre d'affaires qui a dépassé les 5 milliards d'euros en 2020. Le groupe pharmaceutique a même fait état d'une croissance de ses ventes supérieures à ses estimations initiales.

Les bancaires de l'indice vedette étaient également en forme. ING a grappillé 0,13% et sa concurrente KBC a avancé de 1,54%. La SIR Barco (+2,88%) a encore fait des étincelles pour porter à près de 15% sa progression sur les quatre dernières semaines.

Dans le bas du tableau, le groupe chimique Solvay (-2,88%) était pénalisé par les signaux négatifs envoyés par Bayer lors de la présentation de ses résultats.

À la cloche, l'indice Bel 20 n'a pas réussi à confirmer les maigres gains engrangés depuis mardi, lâchant 0,17% à 3.850 points.

Hors indice, les investisseurs ont applaudi les chiffres annuels de Deceuninck (+5,17%). Le groupe de construction est repassé dans le vert en 2020 et constate une forte croissance de ses activités dans toutes les régions en ce début d'année.

Le bulletin annuel du spécialiste du traitement vidéo EVS (+3,6%) a aussi conquis la cote, malgré des perspectives floues en raison de l’incertitude liée aux grands événements sportifs à venir. EVS a dépassé les attentes en 2020, notamment grâce à sa récente acquisition Axon. De quoi pousser les analystes de KBC Securitiesà passer à l’achat sur EVS.

Greenyard (+4,96%) a vu ses ventes trimestrielles de fruits et légumes grimper de plus de 10%, ce qui lui permet de placer la barre plus haut pour ses objectifs de bénéfices annuels.

Kinepolis (+5,48%) a broyé du noir en 2020. Mais l'exploitant de salles de cinéma a confirmé avec ses résultats annuels qu'il avait les reins solides pour sortir de la crise.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés