analyse

Le Bel 20 touche son plus haut niveau de l'année

©belga

L’indice a dépassé en séance son plus haut de l’année inscrit le 15 avril. Il est tiré par la forte remontée des valeurs biotechnologiques, de Barco et de la SIR WDP.

L’indice phare de la Bourse de Bruxelles, le Bel 20 , a touché son plus haut niveau de l’année en séance, à 3.873,76 points, à 11h29. Son précédent plus haut de cette année remonte au 15 avril, où il avait atteint 3.860,17 points. À la clôture des marchés européens, l’indice a terminé à 3.859,71 points, affaibli par le recul d’Ageas. Toutefois, l’indice n’a pas franchi un cap important, car le 22 janvier 2018, il avait touché 4.176,88 points. Il reste donc 7% en dessous de ce plus haut. Le record historique du Bel 20 a lui été atteint le 29 juin 2007, à 4.639,40 points. L’indice évolue actuellement à environ 16% en dessous de ce record absolu. De plus, les autres indices européens, comme l’AEX à Amsterdam, ont franchi déjà depuis un moment leur plus haut de l’année. Le Bel 20 a été ralenti notamment par le brasseur AB InBev, qui a chuté depuis la publication de ses résultats du troisième trimestre et contraint les analystes à revoir à la baisse leur prix cible sur l’action.

3.874
points
L’indice a touché ce seuil en séance, dépassant son plus haut niveau de l’année atteint le 15 avril. Le Bel 20 reste loin de son record absolu observé en juin 2007.

L’aide des biotechs

Depuis le début de l’année, l’indice a progressé de 19% grâce aux valeurs biotechnologiques, qui ont flambé. Galapagos a pris près de 111% depuis janvier et argenx plus de 36%. Des titres comme le spécialiste de l’imagerie Barco et la Société immobilière réglementée (SIR ) WDP ont également tiré l’indice. Barco a bondi de plus de 101% et WDP de 40%. L’assureur Ageas a également connu une très belle année en Bourse avec un gain de plus de 32% depuis janvier.

Le Bel 20 efface aussi cette année son recul de 2018. Il avait perdu 18,46% l’année précédente, emporté durant le second semestre comme les autres marchés d’actions par les tensions commerciales. Les investisseurs ont craint l’impact sur la croissance économique mondiale des droits de douane américains visant les produits chinois et européens. De plus, ils s’inquiétaient de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine, qui a remonté ses taux d’intérêt. Depuis le 17 décembre 2015, elle a relevé huit fois ses taux d’intérêt, en accélérant le rythme en 2018.

Le Bel 20 efface cette année son recul enregistré en 2018. Il avait perdu 18,46%.

Cette année, les tensions commerciales n’ont pas disparu, mais les investisseurs parient toujours sur une négociation entre la Chine et les Etats-Unis. De plus, les banques centrales ont renoué avec leur politique monétaire accommodante. La Réserve fédérale américaine a abaissé trois fois son taux directeur cette année, alors que la Banque centrale européenne a relancé ce mois-ci ses rachats d’actifs sur les marchés, à hauteur de 20 milliards d’euros par mois.

Toutes les valeurs du Bel 20 n’affichent pas une progression depuis le début de l’année. Le distributeur Colruyt est lanterne rouge de l’indice avec un recul de près de 20% depuis janvier, et le spécialiste des produits d’hygiène Ontex a perdu plus de 3%.

La fin de l’année est pressentie en hausse pour le Bel 20 et les autres indices en Europe et aux Etats-Unis. Les analystes ne voient pas de raison à un déraillement de la hausse des marchés d’ici la fin décembre.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés