Le dividende d'Ageas, une déception qui coûte cher en Bourse

Bart De Smet, CEO d'Ageas, dont les résultats déçoivent les analystes.

Les résultats d'Ageas constituent une déception aux yeux des analystes. En particulier, le dividende, inférieur aux attentes et même jugé difficile à maintenir, explique la réaction boursière négative.

Considérée comme une valeur de rendement, Ageas  attire les investisseurs grâce à son généreux dividende. Compte tenu du cours de l'action, ce dernier offre un rendement de plus de 5% brut aux actionnaires.

"Le dividende de 2,65 euros n'est pas tenable, à notre avis."
Loïc De Smet
Analyste de Kepler Cheuvreux

Mais mercredi, en annonçant ses résultats annuels, le groupe d'assurances a déçu le marché (le titre a chuté de 5,17%) et les analystes financiers, en dévoilant un dividende brut de 2,65 euros en 2020, soit moins que "notre prévision de 2,84 euros et le consensus (NDLR: la moyenne des attentes de l'ensemble des courtiers) de 2,70 euros", note Bart Jooris, analyste chez Degroof Petercam, qui conseille de "conserver" le titre Ageas, avec un objectif de cours de 51 euros. "Le dividende plus faible que prévu s'explique par le bénéfice net plus faible qu'attendu."

Tous les résultats de sociétés

Compte-rendus et analyses des résultats de sociétés dans notre dossier spécial.

Résultat "très faible"

En effet, au quatrième trimestre, le résultat net de l'assurance a atteint 233 millions d'euros. C'est "10% en dessous des estimations", regrette Loïc De Smet, analyste chez Kepler Cheuvreux, qui recommande de "réduire" l'exposition à Ageas et fixe un prix cible de 44,40 euros. "Ajusté de 82 millions d'euros d'éléments exceptionnels, le résultat net de l'assurance devient très faible, à 151 millions."

2,65
Ageas propose un dividende brut de 2,65 euros cette année, contre 2,70 euros attendus en moyenne par les analystes financiers.

L'avenir ne s'annonce guère meilleur, à cause de l'impact du ralentissement économique asiatique dû au Covid-19 et des tempêtes qui ont frappé la Belgique et le Royaume-Uni. "Nous prévoyons un faible premier trimestre", indique Loïc De Smet. L'analyste de Kepler enfonce le clou: "Le dividende de 2,65 euros n'est pas tenable, à notre avis."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés