Le dividende d'ING est-il menacé?

Le bénéfice par action (BPA) d'ING a baissé de près de 20% en deux ans. ©REUTERS

Des bénéfices en nette baisse depuis deux ans et des fonds propres très demandés ne permettraient pas à ING de relever son dividende cette année.

ING  parviendra-t-elle à augmenter d'un centime son dividende total pour l'exercice 2019, comme la banque néerlandaise a pris l'habitude de le faire depuis 2015? Pas sûr, si l'on en croit les analystes de Bloomberg Intelligence. "L'objectif d'ING de relever chaque année son dividende nominal par action est menacé, selon nous, en raison de la pression exercée à la fois sur ses bénéfices et ses fonds propres", écrivent Philip Richards et Jonathan Tyce dans une note publiée lundi.

Ils signalent que, sur base des dernières prévisions du consensus, le bénéfice par action (BPA) a baissé de près de 20% en deux ans et devrait rester sous son niveau de 2018 jusqu'à l'année prochaine. "Cela a fortement augmenté le taux de distribution, qui devrait passer de 49% en 2018 à 56% en 2021". Et d'ajouter que la capacité d'ING en matière de dividende est également limitée par les changements dans la réglementation et son objectif en termes de croissance des prêts. "Ces deux facteurs absorbent à eux seuls près de 50% des revenus générés".

Les investisseurs doivent-ils dès lors tabler sur un dividende stable à 0,68 euro? Verdict le 6 février prochain, avec la publication des résultats annuels d'ING.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés