Le dividende de Lotus pourrait encore augmenter

©Photo News

Cela fait plus de 15 ans que Lotus Bakeries augmente chaque année son dividende. Mais pour l'exercice 2018, elle a décidé de se montrer plus généreuse.

Le management de Lotus Bakeries  et ses actionnaires ont le sourire. Le biscuitier se porte très bien, voire mieux que prévu, et l'horizon à court terme semble totalement dégagé. Le groupe propose dès lors d'augmenter de 49% son dividende (payable le 25 mai prochain), passant à 29 euros brut par action contre 19,5 euros pour l'exercice précédent. "Cela correspond à un tiers du bénéfice net récurrent, et correspond à un juste équilibre entre une rémunération correcte pour les actionnaires et le réinvestissement du bénéfice dans l'entreprise", explique son CEO Jan Boone. 

L'annonce a été largement saluée par les investisseurs et analystes. Chez ING, on indique que la hausse du ratio payout (taux de distribution) s'est produite deux ans plus tôt que prévu. Marc Ernaelsteen (senior financial analyst chez Puilaetco Dewaay) tient toutefois à relativiser: "Un payout de 35% n'est pas exceptionnel. La plupart des entreprises belges distribuent entre 40% et 50% de leurs profits à leurs actionnaires". Il rappelle également que le dividende de Lotus Bakeries était plus bas ces dernières années. Le payout était notamment tombé à 21% en 2016. "Les bénéfices avaient connu une forte accélération alors que le dividende n'avait progressé que timidement. La société revient plutôt dans la norme", estime-t-il.

D'autres hausses à venir

Notons que le dividende de Lotus Bakeries a progressé de manière continue depuis 2002. Et cela ne devrait pas s'arrêter dans les prochaines années. "En combinaison avec une croissance de l'ordre de 5% et des marges stables et des dépenses d'investissements moins importantes à partir de 2020, il en résultera une libération significative du flux de trésorerie disponible. Cela permettra d'augmenter encore le dividende et la croissance externe en parallèle", juge dans une note Fernand de Boer, analyste chez Degroof Petercam.

Chez KBC Securities, Guy Sips s'attend à ce qu'à côté d'une solide croissance organique, la société reste ouverte à des acquisitions ciblées "qui vont renforcer sa stratégie de croissance". Ce qu'a confirmé Jan Boone dans le rapport annuel et dans une interview accordée à nos collègues du Tijd

Publicité
Publicité

Echo Connect