Le manque de visibilité d'Ontex ne plaît pas aux investisseurs

©Wim Kempenaers (WKB)

Après quatre ans de chute en bourse, l'entreprise belge ne parvient toujours pas à rétablir la confiance. Mais les analystes espèrent une reprise au second semestre.

La confiance entre une société cotée et les investisseurs ne s'établit pas en un jour. Cela se construit progressivement, en expliquant sa vision et en tenant ses promesses. Et visiblement, la nouvelle CEO d'Ontex , Esther Berrozpe, a du pain sur la planche. L'action représentative de son entreprise signe la plus forte baisse à la Bourse de Bruxelles ce mercredi, malgré des résultats annuels "en ligne avec les attentes" des analystes.

"Ontex a besoin d'un plan et d'une exécution solides" pour remonter la pente en bourse.
Fernand de Boer
Analyste chez Degroof Petercam

Le fabricant de produits d’hygiène personnelle jetables a fait état d'une baisse de 8,5% de ses revenus en 2020, à 2,086 milliards d'euros. Son Ebitda ajusté est tombé à 235,6 millions d'euros (-3,9%) et son bénéfice ajusté à 1,01 euro par action (-5,6%).

"Dans l'ensemble, les résultats sont en ligne avec nos prévisions sans aucune surprise", résume Alan Vandenberghe, analyste chez KBC Securities. Il note d'ailleurs que la dette nette, qui a reculé de 1,6% à 847,6 millions d'euros, est "sous contrôle". "Ce qui résulte en un ratio dette nette/Ebitda de 3,6, laissant un tampon par rapport aux covenants".

2021, l'année de la reprise pour Ontex?

Comment expliquer cette piètre performance d'Ontex en bourse? Analystes et investisseurs manquent en réalité de visibilité. "Nous sommes déçus de l'absence de mise à jour stratégique et de proposition de dividende", explique Fernand de Boer (Degroof Petercam).

"Le premier trimestre souffrira d'une base de comparaison défavorable, mais dès lors que les effets des priorités stratégiques vont se faire sentir, nous nous attendons à une reprise au cours de l'année."
Alan Vandenberghe
analyste chez KBC Securities

Dans l'interview qu'elle a accordée à L'Echo, la nouvelle CEO annonce qu'une revue stratégique a été initiée en août dernier et qu'un plan d'action concret devrait aboutir "d'ici juin". "En démarrant [sa revue stratégique] l'été dernier, l'entreprise aurait dû disposer de suffisamment de temps", estime Fernand de Boer. "Ontex a besoin d'un plan et d'une exécution solides" pour remonter la pente en bourse.

Selon lui, l'absence d'une proposition de dividende signifie qu'Ontex est encore incertain sur ses besoins en capital pour les prochaines années. "Il est difficile de savoir si cela implique une augmentation de capital à court terme". C'est pourquoi il va revoir sa recommandation prochainement.

Alan Vandenberghe reste de son côté confiant. "Le premier trimestre souffrira d'une base de comparaison défavorable, mais dès lors que les effets des priorités stratégiques vont se faire sentir, nous nous attendons à une reprise au cours de l'année", indique l'analyste, dont le conseil est maintenu à "acheter". Il reconnaît cependant qu'il est difficile d'être enthousiaste à ce stade étant donné l'absence de détails sur les nouvelles priorités stratégiques de la société belge.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés