Le marché apprécie le relèvement du dividende d'AvH

©BELGA

Le titre a bien réagi à la publication des résultats du holding. Mais les analystes chez ING et Kepler Cheuvreux soulignent que les prévisions pour 2019 sont trop optimistes.

Le titre Ackermans & van Haaren progresse légèrement depuis la publication des résultats du holding avant l'ouverture des marchés. Chez ING, l'analyste David Vagman s'attendait à un repli de l'action à cause "d'une qualité plus faible des résultats et des perspectives". "Deme a déçu, du point de vue des ventes, du bénéfice d'exploitation et de la dette nette, et les perspectives pour 2019 de revenus stables et  d'une marge de bénéfice d'exploitation entre 16-20% laissent la porte ouverte à une révision à la baisse du consensus pour 2019", souligne l'analyste. 

Chez Degroof Petercam, l'analyste Jean-Marie Caucheteux relève que "les bénéfices nets pour l'année fiscale 2018 ont émergé à 289,6 millions d'euros, contre 302,5 millions d'euros en 2017, une baisse s'expliquant par de plus faibles gains de capital et d'éléments non récurrents". "Mais en contraste, la contribution des participations clés a augmenté de 13% à 312,4 millions d'euros", ajoute-t-il. Il note que l'augmentation du dividende de 5,5% à 2,32 euros par action est "meilleure que nos estimations, de 2,27%".

David Vagman observe que la division "banques privées a fourni de meilleurs résultats que prévu, malgré des actifs sous gestion plus bas". "Mais nous craignons que le montant plus faible des actifs sous gestion et une aversion au risque plus élevée pourraient avoir un impact négatif sur les résultats de 2019, bien que le rebond des marchés pourrait aider", ajoute-t-il. 

Les analystes de Kepler Cheuvreux estiment eux aussi que les prévisions de résultats pour 2019 par AvH sont trop optimistes. Ils notent que les résultats pour 2018 du holding ressortent en dessous de leurs attentes.

"L'action AvH évolue de manière plus soutenue que les actifs sous gestion du holding, en particulier le titre CFE , alors la décote par rapport à la valeur nette d'inventaire s'est réduite récemment. Nous voyons un risque que celle-ci puisse augmenter, avec une baisse des actifs comme CFE", s'inquiète David Vagman.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés