Le marché attend des conséquences financières pour Ter Beke

©ANP

"Il y aura un impact mais pas de nature à ébranler la confiance des consommateurs", estime un analyste de KBC Securities. Ter Beke doit répondre à quatre grandes questions que pose le problème de la listeria chez sa filiale Offerman.

L'action Ter Beke  reste sous forte pression ce vendredi en Bourse de Bruxelles, après l'annonce d'une contamination à la listeria suspectée dans l'usine d'Aalsmeer d'Offerman, filiale néerlandaise du groupe belge. Faute de communication officielle du groupe agoalimentaire, certains investisseurs ont choisi de réduire leur exposition à cette valeur.

Ce type de réaction épidermique du marché est fréquent en cas de scandale alimentaire. Dans un premier temps, le cours de Bourse de la société impliquée, même indirectement, chute. Ensuite, quand une évaluation financière des conséquences de l'affaire est publiée, les investisseurs peuvent se faire une meilleure idée de l'impact sur les perspectives bénéficiaires.

"Nous sommes dans l'attente d'une communication de l'entreprise, explique Guy Sips, analyste qui suit l'action Ter Beke chez KBC Securities. Offerman, la filiale de Ter Beke, a communiqué sur le rappel de ses produits à l'égard de ses clients, dont Jumbo. Mais pour les investisseurs, la question est à présent de savoir quelles seront les conséquences financières et quelle sera leur ampleur."

"Différent de la crise de la vache folle"

Ter Beke va donc devoir sortir du bois. Selon Guy Sips, "le groupe agroalimentaire doit répondre à quatre questions:

  1. Quel est le coût immédiat de l'action de rappel des produits d'Offerman?
  2. Quel est l'effet sur la réputation? Ter Beke ne pourra peut-être pas livrer certains clients momentanément...
  3. Certaines entreprises ont des assurances pour ce type de risque: dans quelle mesure Ter Beke dispose-t-elle d'une couverture dans ce cas-ci?
  4. Quel sera le coût de l'arrêt de la production dans l'usine qui doit être désinfectée?"

"Aujourd'hui, en tant qu'analyste, nous ne pouvons pas effectuer d'estimation, faute de réponses à ces questions", conclut M. Sips.

Faut-il craindre des effets comparables à ce qu'on a vécu lors de crises alimentaires passées (crise de la vache folle, crise de la dioxine)? "Non, c'est très différent ici, explique Guy Sips. Le problème est localisé et la traçabilité des produits est très précise: on sait quels clients sont concernés et quels lots sont touchés. Il y a une action de rappel très rigoureuse. En conclusion, il y aura de toute façon des conséquences financières mais, selon moi, cela ne devrait pas avoir pour conséquence d'ébranler la confiance des consommateurs."

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés