Le potentiel de hausse du Bel 20 à douze mois se réduit à 2,3%

©MEDIAFIN

Plusieurs poids lourds du Bel 20 (AB InBev, ING, KBC et Solvay) disposent d’un potentiel de hausse significatif.

Les cours des composantes de l’indice Bel 20 se sont envolés de plus de 5% depuis la mi-mars, 17 des 20 actions enregistrant un bilan positif. Les plus fortes hausses ont été réalisées par Galapagos (+26%), Proximus (+10%), Telenet (+10%) ou encore AB InBev (+9%). Parmi les valeurs en baisse, seule Argen-X (-4%) s’est illustrée significativement. 

Au niveau des objectifs moyens, la situation a été beaucoup plus calme, avec une progression mensuelle de 0,25% en moyenne et une poignée de valeurs ayant affiché une progression (ou un recul) d’une amplitude significative: Galapagos (+5%), AB InBev (+3%), Barco (+3%), Aperam (-2%) ou ING (-1%). En conséquence, le potentiel du Bel 20 s’est replié à 2,3% contre 7,5% à la mi-mars, ce qui pourrait signaler une période haussière plus calme pour les prochains mois en l’absence d’un redressement rapide des attentes bénéficiaires.

A noter toutefois que plusieurs poids lourds de la cote (AB InBev, ING, KBC, Solvay) figurent parmi les valeurs qui semblent encore disposer d’une bonne réserve haussière

©MEDIAFIN

  • AB InBev  a enfin vu les analystes devenir un peu plus optimistes, avec une hausse d’avis vers une position neutre chez Bank of America Merrill Lynch, un premier avis "pondération en ligne" chez Barclays, et un objectif relevé chez ABN Amro. Les analystes constatent généralement la bonne orientation du dernier bulletin trimestriel, alors que les tendances opérationnelles devraient poursuivre leur amélioration durant le premier semestre. L’endettement devrait également refluer progressivement, avec la perspective d’un dividende qui serait donc maintenu dans le futur. 
  • Galapagos  a enregistré une vague de révisions haussières au niveau de ses objectifs de cours (notamment chez Degroof Petercam, Barclays, Bryan Garnier ou Kempen) suite à la publication d’excellents résultats de Phase III pour le Filgotinib. Ce traitement a confirmé son profil concurrentiel très favorable pour tous les dosages et tous les profils de patients, et devrait devenir le premier blockbuster du groupe avec des ventes mondiales qui pourraient approcher à terme les 4 milliards de dollars.
  • ING a été particulièrement entouré sur le mois écoulé, notamment suite aux excellents résultats trimestriels. RBC Capital Markets a relevé son avis en territoire positif, tandis que Degroof Petercam ou Jefferies ont remonté leur objectif sur le groupe néerlandais. En dépit de sa recommandation plus favorable, l’analyste de RBC souligne que le groupe reste fortement sensible à l’évolution de la croissance européenne, en raison de son exposition plus importante sur le marché des prêts.
  • UCB n’a pas enregistré de révisions notables suite à l’approbation d’Evenity (Romosozumab) sur le marché américain, en dehors d’un timide relèvement d’objectif de la part de KBC Securities. Le traitement contre l’ostéoporose sera en effet commercialisé avec un avertissement pour les personnes cardiaques, qui risque de limiter son potentiel commercial.  
  • Barco a vu son objectif relevé à 155 euros chez KBC Securities suite à l’annonce d’une collaboration stratégique avec Caresyntax qui va renforcer le leadership du groupe sur le marché de l’imagerie médicale. 
  • Proximus a vu ses recommandations abaissées à deux reprises (Macquarie et Kempen), le groupe télécom étant désormais jugé correctement valorisé par les deux courtiers. 

Publicité
Publicité

Echo Connect