Publicité

Le rally du Bel 20 largement alimenté par les particuliers

"Entre le 24 février et le 30 mars, le volume d’actions du Bel 20 négociées par des investisseurs belges a plus que quintuplé par rapport à la période précédant la crise", explique la FSMA. ©BELGA

Une étude de la FSMA confirme que les particuliers belges, toutes catégories d'âge confondues, ont profité de la chute des marchés financiers pour faire le plein d'actions. Même les plus jeunes et les investisseurs occasionnels sont de la partie.

Les particuliers belges reviennent en force à la Bourse de Bruxelles. Si la tendance se dessinait déjà auprès des courtiers en ligne, elle est confirmée ce mercredi par une étude de la FSMA, l'Autorité des services et marchés financiers. "Entre le 24 février et le 30 mars, le volume d’actions du Bel 20 négociées par des investisseurs belges a plus que quintuplé par rapport à la période précédant la crise", explique l'agence dans un communiqué. Pour cela, elle se base sur un échantillon de plus de 3 millions de transactions, effectuées par près de 323.000 personnes, pour une valeur négociée totale dépassant les 10 milliards d’euros.

>600
millions d'euros
Entre le 24 février et le 30 mars, les investisseurs belges ont beaucoup plus acheté que vendu d'actions du Bel 20. Selon la FSMA, cette différence se chiffre à 634,76 millions d'euros.

La FSMA constate qu'au cours de certaines semaines de mars, le montant en termes d'achat d'actions est trois fois supérieur à celui des ventes. Sur l'ensemble de la période étudiée, la différence entre achat et vente dépasse les 600 millions d'euros.

Autre confirmation: les jeunes investisseurs (entre 18 et 35 ans) ont été très actifs en mars, même plus que la tranche 80-100 ans. Alors qu'ils avaient acheté pour seulement 2 millions d'euros d'actions la semaine du 17 février, ce montant a grimpé jusqu'à 21 millions d'euros fin mars.

Du côté des investisseurs occasionnels, c'est-à-dire ceux qui ont réalisé maximum 5 transactions au cours des deux dernières années, ils ont également profité de la chute des actions pour faire leurs emplettes au sein du Bel 20. Selon les chiffres de la FSMA, ils ont dépensé environ 30 millions d'euros durant la deuxième semaine de mars contre 3 millions mi-février.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés