Les 5 actions préférées de Patrick Casselman

©Dieter Telemans

Patrick Casselman est Senior Equity Specialist chez BNP Paribas Fortis. Ses cinq actions préférées sont : X-Fab, Telenet, Ontex, Biocartis et CFE.

1) X-Fab

X-Fab produit des puces électroniques principalement pour le secteur automobile et les applications industrielles et médicales. Le cours de l’action vient d’amorcer une reprise mais est encore nettement sous-évalué par rapport aux autres entreprises du secteur et à sa société-sœur, Melexis. Le marché automobile commence à se reprendre, en partie grâce à divers incitants publics. Par ailleurs, X-Fab dispose d’un potentiel de croissance structurel avec ses chips pour les voitures électriques, l’Internet des Objets et la robotique, le diagnostic individualisé et la 5G, ainsi que des puces en carbure de silicium qui résistent mieux à la chaleur. L’action se négocie en dessous de sa valeur comptable et le bilan est suffisamment solide pour passer le cap de la période de basse conjoncture. De plus, on ne peut exclure tôt ou tard un rachat pur et simple par ses actionnaires principaux.

2) Telenet

Ces dernières semaines, le cours de Telenet a fortement baissé pour atteindre un niveau historiquement bas. Le rendement élevé du cash flow offre la possibilité de bien rémunérer les actionnaires, tant sous forme de dividende que de rachat d’actions propres. En dépit de la forte concurrence et de l’impact négatif de la crise du coronavirus sur les revenus du roaming et de la publicité, les résultats du dernier trimestre sont meilleurs qu’attendu (flux de trésorerie stables) grâce à des réductions de coûts plus élevées que prévu. Les tarifs de gros pour le câble ont finalement moins baissé que ce que l’on avait craint au début et le rachat du câblo-opérateur VOO par Providence a été annulé. Résultat: Telenet a l’opportunité de racheter l’entreprise wallonne. Cette acquisition devrait plus que probablement se faire par l’actionnaire principal Liberty.

3) Ontex

Le cours d'Ontex a atteint son plus bas historique, même si l’entreprise a publié des chiffres trimestriels deux fois supérieurs aux attentes, grâce notamment à une croissance organique plus qu’honorable, combinée à une baisse du coût des matières premières, un mix de prix positifs et des économies substantielles. La pandémie de coronavirus a aussi eu un impact positif sur certains segments des produits d’hygiène. L’endettement élevé du groupe est sous contrôle. Le rapprochement éventuel d’Ontex avec un concurrent américain - qui a récemment fait l’objet de rumeurs - ne serait cependant envisageable que si Ontex est lui-même racheté, par exemple par des investisseurs privés.

4) Biocartis

Après la baisse des ventes de systèmes de diagnostic liée à la crise du coronavirus, le chiffre d’affaires de Biocartis s’est déjà bien repris, ce qui permet au groupe d’encore espérer réaliser ses ambitions de croissance pour 2020. Les nouveaux tests Covid qui seront bientôt lancés ouvrent de nouvelles portes pour la croissance des labs Idylla. En 2021, nous nous attendons à un nouveau coup d’accélérateur grâce à l’augmentation du nombre de laboratoires installés et de leur utilisation croissante aux Etats-Unis, au lancement de nouveaux tests - notamment pour le dépistage du cancer des poumons, du sein et de tests MSI de dépistage du cancer du côlon - ainsi qu’à la future contribution des marchés chinois et japonais. De plus, le groupe représente une cible intéressante pour un éventuel repreneur.

5) CFE

L’impact négatif de la crise de la Covid-19 sur les activités offshore (en mer) et onshore (sur terre) est exagérément répercuté dans le cours de CFE . L’action se négocie très en dessous de sa valeur comptable et n’intègre pas suffisamment le scénario de reprise post-crise. En tant que leader mondial de la construction de parcs éoliens offshore, le groupe est idéalement positionné pour profiter de la forte croissance structurelle de l’énergie éolienne, et ultérieurement de projets liés à l’hydrogène. Après plusieurs années d’investissements importants dans une flotte hyper moderne, le groupe devrait ralentir le rythme, ce qui devrait avoir une influence positive sur les flux de trésorerie.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés