Les actions belges en retard: une opportunité à saisir?

Les actions Barco et WDP, qui flirtent avec leurs records, sont entrées dans le Bel20 le 18 mars 2019. ©BELGA

Une série d'actions de la Bourse de Bruxelles restent éloignées de leur plus haut historique d'il y a 10 ans voire bien davantage. S'agit-il d'une opportunité?

Il reste un peu plus de 15% à gagner à l’indice Bel 20 pour retrouver son sommet historique de mai 2007. Des 20 actions qui le composent, 16 n’ont cependant pas attendu que cet évènement survienne pour améliorer ces dernières années leurs propres records historiques. Parmi celles qui évoluent pour le moment à ces niveaux record, on trouve les actions des groupes biotechs ArGenx et Galapagos, GBL, Barco, WDP, Sofina et UCB.

À peine 4 valeurs de l’indice ne sont pas encore parvenues à ce jour à réaliser cette prouesse. Il s’agit d’Ageas, KBC et ING qui conservent les stigmates de la crise financière de 2008 et expliquent pour une bonne part le retard accumulé par le Bel 20. À ce groupe de valeurs, on peut joindre celle du gestionnaire de bureaux Cofinimmo. Son tout dernier record remonte à 2006, au moment où la spéculation immobilière battait son plein aux États-Unis.

Encore loin du sommet

Malgré le fait que les valeurs moyennes ont davantage performé que les grandes l’an passé - l’indice Bel Mid, qui évolue, lui, à des niveaux record, avait gagné 31,6% contre 21,96% pour le Bel 20 -, le nombre d’actions à évoluer à leur plus haut historique est beaucoup moins élevé. À peine 4 ont réussi cet exercice. Il s’agit d’Immobel, Elia, Shurgard et Lotus Bakeries. Ces noms suivent ceux de D’Ieteren et d’Atenor qui les avaient devancés dans cet exercice dans les derniers jours de 2019.

Malgré le fait que les valeurs moyennes ont davantage performé que les grandes l’an passé, le nombre d’actions à évoluer à leur plus haut historique est beaucoup moins élevé.

Cette observation laisse penser que ce segment de la cote à Bruxelles a du retard à rattraper. Gardons-nous toutefois d’anticiper ce type de conclusions. Nombre de ces valeurs avaient été portées à des niveaux exagérément élevés eu égard à leurs fondamentaux vers la fin des années 1990. Cette période avait été marquée par une intense spéculation sur les valeurs technologiques. Orange (ex-Mobistar), EVS et Agfa-Gevaert sont quelques-unes de ces actions à en avoir fait les frais. Celles-ci n’ont pour l’heure toujours pas encore retrouvé leur point record atteint durant ces années. Les performances historiques pour Gimv, Recticel, et Tessenderlo entre autres remontent aussi à cette époque, tandis que celles de Befimmo et Intervest Offices datent toujours de 2007.

Davantage à la traîne, nombre de petites valeurs suivies par le Bel Small (+5,1% en 2019) n’ont pas encore réussi à pulvériser leur record établi avant l’année 2000. C’est le cas notamment de Sioen, Smartphoto, Roularta, Quest for Growth, Exmar et de Deceuninck. Aucun record n’a déjà été établi par ces actions depuis le début de cette année.

©MEDIAFIN

Quel objectif privilégier?

Le plus haut historique de l'action Ageas remonte à l'année 1999, à 306 euros. Mais l'analyste le plus optimiste sur cette valeur table sur un cours de 55,6 euros dans les 12 mois à venir...

On l’imagine, l’investisseur futé pourrait être tenté de se braquer sur les anciens sommets atteints par ces valeurs à première vue en retard pour faire sa sélection d’actions. Cette méthode d’investissement risque de conduire à des déceptions. Prenons en exemple le cas d’Ageas, dont le cours record de 306 euros remonte toujours à l’année 1999. Il serait vain de voir le titre de cette société qui a perdu sa branche bancaire en 2008, revenir à moyen terme à un cours record. Elle devrait progresser de 500% pour y arriver!

Ce raisonnement a d’autant plus de poids que l’objectif de cours de l’analyste le plus optimisme envers l’action Ageas est de 55,6 euros. On peut tenir ce raisonnement pour quantité d’autres actions (voir infographie). Pour EVS, dont le cours est monté jusqu’à 79,60 euros en 2007, l’analyste le plus optimiste vise un cours de… 27,50 euros seulement. Par contre, bénéficiant d’un objectif de cours de 160 euros, Cofinimmo est parti pour enfin retrouver son pic historique de 155 euros.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés