Les ambitions électriques de Ferrari risquent de coûter cher aux investisseurs

Ferrari est arrivée à Wall Street en octobre 2015, grimpant de 15% pour son premier jour de cotation. Son titre a depuis lors grossi de plus de 200% à la Bourse de New York. ©REUTERS

Les espoirs de reprise ont encore permis aux indices boursiers de prendre de la hauteur. À ce jeu, le Bel 20 a effacé toutes les pertes liées à la crise sanitaire.

Grâce à de nouveaux signaux montrant une solide reprise économique et au ton toujours très accommodant des banques centrales, il planait un air de confiance sur les marchés boursiers ce lundi. De nombreux indices ont franchi de nouveaux sommets historiques ou, comme à Bruxelles, ont atteint des pics plus symboliques.

Le Bel 20 (+0,73%) a retrouvé dès les premiers échanges son niveau d'avant crise. Londres (+0,18%) évolue de son côté au plus haut depuis près de 16 mois alors que le Dax de Francfort , qui a cédé 0,13% en clôture, est passé brièvement au-dessus des 15.800 points, une première pour l'indice vedette du marché allemand. Paris (+0,24%), qui a terminé vendredi au-dessus des 6.600 points pour la première fois depuis le 15 septembre 2000, a poursuivi son ascension.

La Fed crispe New York

À Wall Street, les trois grands indices prenaient des chemins différents à l'heure de la clôture européenne, mais ils restaient proches de leurs récents sommets.

Les investisseurs américains se montrent plus mesurés alors que débute ce mardi la réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale. Ils seront attentifs aux commentaires du président de la Fed ce mercredi et guetteront tout élément susceptible de modifier le calendrier monétaire de la banque centrale.

250
millions d'euros
Philips a inscrit une charge de 250 millions d'euros dans ses comptes, après une provision identique annoncée il y a deux mois, ce qui porte le coût total de la défaillance de ses appareils à 500 millions d'euros à ce jour.

Ferrari perd de sa superbe

Les titres liés au secteur pétrolier ont tiré la tendance vers le haut. Les cours de l'or noir évoluent à proximité de leurs sommets atteints en mai 2019 pour le Brent et avril 2018 pour le WTI américain, profitant d'une demande mondiale qui devrait, selon l'Agence internationale de l'énergie, dépasser les niveaux d'avant la pandémie d'ici la fin de 2022.

Philips va rappeler entre trois et quatre millions d'appareils médicaux potentiellement dangereux pour la santé.

Dans le bas du tableau, le secteur auto, un des compartiments les plus recherchés depuis le début de l'année avec le secteur bancaire, avait la tête des mauvais jours. Les suiveurs des quatre roues ont été refroidis par la dégradation de la recommandation pour Ferrari (-2,91%) émise par les analystes de Goldman Sachs, qui passent à "vendre" contre "achat" auparavant. Ces derniers redoutent que les plans du patron fraîchement nommé à la tête de Ferrari coûtent cher aux investisseurs à court terme. Benedetto Vigna, le nouveau CEO de la marque au cheval cabré ambitionne de mettre sur les routes une Ferrari entièrement alimentée par batterie d'ici 2025.

À la Bourse d'Amsterdam, Philips (-4,16%) a également passé une séance difficile. Le groupe néerlandais qui est quasiment arrivé au terme de sa mue en medtech, doit procéder au rappel d'appareils respiratoires et ventilateurs en raison de la présence d'une partie en mousse qui pourrait se dégrader et devenir potentiellement cancérigène. Entre trois et quatre millions d'appareils pourraient être concernés, chiffre Philips qui a décidé du coup d'inscrire une deuxième charge de 250 millions d'euros, après une provision identique annoncée lors de ses résultats du premier trimestre en avril, ce qui porte le coût total de cette défaillance à 500 millions d'euros à ce jour.

Degroof achète Ascencio

Sur le marché bruxellois, le Bel 20, auréolé d'avoir résorbé toutes les pertes liées à la crise du coronavirus, a pu compter sur la bonne tenue de ses SIR (sociétés immobilières réglementées), en particulier Aedifica (+5,50%), plus forte hausse du jour. Une grimpette qui lui permet de totalement reboucher le trou causé par l’augmentation de capital de la semaine dernière.

Degroof Petercam est passé à l'achat sur l'action Ascencio avec un objectif de cours inchangé.

Hors Bel 20, c'est aussi une société immobilière qui était en pleine lumière. Ascencio (+1,46% à 48,50 euros), le spécialiste de l'immobilier commercial promet un dividende stable après un solide rapport semestriel. De quoi pousser Degroof Petercam à l'achat sur son titre avec un prix cible qui reste fixé à 58 euros.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés