Les Belges ont perdu 65 milliards d’euros durant le krach boursier

Le patrimoine financier net des Belges a baissé de 63,1 milliards d’euros pour se retrouver à 1.039,7 milliards d’euros. ©Reuters

La valeur du portefeuille d'investissement des Belges a lourdement chuté au cours du premier trimestre, en raison de la correction boursière liée à crise du coronavirus.

Les Belges qui investissent directement ou indirectement dans des actions ont été durement touchés. Au cours du premier trimestre, la valeur de leurs investissements a plongé de pas moins de 65,5 milliards d’euros suite au recul important des marchés boursiers. "Sur base trimestrielle, c’est la plus forte baisse depuis le début des statistiques en 1998", indique-t-on à la Banque nationale de Belgique.

"Sur base trimestrielle, c’est la plus forte baisse depuis le début des statistiques en 1998."
Banque nationale de Belgique

Une part importante de ces moins-values est à imputer aux fonds d’investissement (-30 milliards d’euros), qui investissent environ la moitié de leurs actifs en actions. Le reste est lié aux actions cotées (-14,3 milliards d’euros), non cotées (-13,1 milliards d’euros) et aux produits d’assurance (-7,6 milliards d’euros) qui ont également cédé du terrain.

Les moins-values ne sont pas définitives

Ces moins-values restent théoriques tant que les investisseurs ne vendent pas leurs fonds ou leurs actions. Depuis le creux de la vague (atteint le 17 mars dernier), les bourses ont récupéré une partie importante de leurs pertes.

Le patrimoine financier net des Belges – c’est-à-dire la valeur de leur épargne et de leurs investissements hors immobilier, moins les dettes – a baissé de 63,1 milliards d’euros pour se retrouver à 1.039,7 milliards d’euros. Cette baisse est un peu moins marquée que les moins-values sur investissements vu que ces pertes potentielles ont été partiellement compensées par le comportement d’épargne des ménages, plus marqué en temps de crise.

Nos compatriotes ont profité de la baisse des cours pour acheter l’équivalent de 2 milliards d’euros d’actions cotées. Un record en dix ans. Les chiffres provisoires indiquaient que les ménages avaient acheté pour 3,5 milliards d’euros d’actions, mais ce chiffre a été revu à la baisse.

2
milliards d'euros
Les montants des achats d'actions cotées par les Belges, un record en dix ans.

Dettes

Ajoutons que les Belges ont placé davantage d’argent sur leurs comptes à vue et sur leurs comptes d’épargne, et ont acheté des fonds d’investissement. Ils continuent à vendre des obligations et des bons de caisse, vu que les taux à long terme sont très bas et que le rendement de ces obligations est donc très limité. L’endettement des ménages a augmenté de 1,6 milliard d’euros, dont la majeure partie (1,2 milliard d’euros) est constituée par des emprunts hypothécaires. Ce montant peut être considéré comme modeste en comparaison avec le quatrième trimestre 2019, ce qui s’explique notamment par la suppression du bonus habitation en Flandre depuis le 1er janvier 2020.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés