analyse

Les favoris parmi les holdings belges

©REUTERS

Avec des taux historiquement bas et une croissance mondiale toujours positive, les planètes sont alignées pour les holdings belges. Mais comment se départir entre ceux qui prennent de grosses participations, des petites, voire une seule? Petit tour d'horizon.

L'année 2019 sera-t-elle un bon cru pour les holdings belges? Au vu des rapports trimestriel ou annuel publiés par les différentes sociétés ces dernières semaines, il se dégage un sentiment d'optimisme. "Le conseil d'administration envisage avec confiance les résultats de l'exercice" en cours, indique Ackermans & van Haaren  ce jeudi. Tous les voyants sont au vert et le groupe assure disposer de moyens financiers conséquents pour gonfler son portefeuille. Lequel pèse environ 4,5 milliards d'euros.

Le holding peut d'ailleurs compter sur la vente prochaine de HPA, la société mère de Residalya, qui devrait lui rapporter une plus-value d'environ 105 millions d'euros. De quoi renflouer une trésorerie tombée à 78,7 millions d'euros fin mars et éventuellement rémunérer davantage ses actionnaires. Ceux-ci font pourtant la fine bouche. En Bourse, l'action gagne à peine plus de 2% depuis le début de l'année.

"Malgré une stratégie d'investissement claire, il est difficile de valoriser sa division bancaire", souligne Youry Huygen, analyste financier chez L'Investisseur. Et de pointer également, comme d'autres confrères, le contexte compliqué dans lequel évolue sa filiale CFE  .

13,20%
Perspectives attrayantes
Selon les données compilées par Bloomberg, les analystes qui suivent l'action Ackermans & van Haaren lui donnent un potentiel de rendement de 13,20% pour les 12 prochains mois. Mais ils sont moins de la moitié à recommander aux investisseurs de l'acheter.

KBC Ancora, la chouchoute des analystes

La valeur qui fait vibrer le coeur des analystes dans ce secteur très segmenté est en fait un mono-holding, KBC Ancora  . Les trois experts qui la suivent sont tous à l'achat, avec un objectif de cours médian de 53,35 euros. Ce qui représente un potentiel de rendement de 24%. Dans une note publiée le 10 avril, ING soulignait la "trop importante" décote (estimée à 20%) de l'action. Celle-ci gagne pourtant plus de 15% depuis le début de l'année.

"Quand on parle de KBC Ancora ou de tout autre holding, il faut regarder l'actif sous-jacent. KBC (dans lequel KBC Ancora détient une participation de 18,6%, NDLR) est une banque de qualité, qui contrairement à d'autres banques européennes est cotée au-dessus de sa valeur comptable."
Youry Huygen
Analyste financier chez L'Investisseur

Youry Huygen rappelle en outre que KBC Ancora n'a pour but que d'investir dans une seule société. Les dividendes que le mono-holding perçoit chaque année ne servent dès lors qu'à réduire sa dette - qui s'élève à 375 millions d'euros - et à rémunérer ses propres actionnaires. On comprend pourquoi KBC Ancora offre le meilleur rendement brut (6,06%!) parmi tous les holdings belges.

À titre de comparaison, Ackermans & van Haaren offre un rendement brut de 1,72%, GBL   de 3,70% et Sofina   de 1,61%. "Les holdings sont peu généreux en matière de dividende car ce sont souvent des entreprises familiales qui préfèrent réinvestir leur trésorerie", précise l'analyste. C'est pourquoi ses coups de coeur se décident en fonction de la stratégie d'investissement d'un holding plutôt que de son rendement dividendaire. Et penche à long terme pour les sociétés avec de grandes participations.

L'ascension de Brederode et Sofina s'essouffle

Les grands favoris de ces dernières années, Brederode   (+114,56% en cinq ans) et Sofina (+100,92% sur la même période), n'ont par contre pas la cote auprès des analystes. Leur potentiel de rendement évalué pour les douze prochains mois s'élève respectivement à 0,90% et 2,80%. "Leur décote a bien dégonflé dernièrement, ce qui offre peu de potentiel", résume Youry Huygen.

Mais même s'il souligne la difficulté de correctement valoriser ces deux sociétés du fait qu'elles investissent énormément dans le private equity, l'analyste salue l'ouverture de Sofina à plus de transparence. Selon lui, cela explique en partie le fort rebond de l'action. L'heure est visiblement à la prise des bénéfices.

Publicité
Publicité

Echo Connect