Les marchés s'agitent sur fond de montée de l'inflation

Malgré les mots rassurants du vice-président de la Fed, les investisseurs ont montré des signes de nervosité alors que les craintes inflationnistes pèsent toujours. ©Bloomberg

Séance volatile ce lundi avec de multiples changements de direction pour les grands indices européens, alors que l'inflation reste toujours au centre de l'attention.

Alors que la saison des résultats touche doucement à sa fin, les investisseurs ont continué de surveiller l'inflation, craignant toujours que la reprise soutenue de l'économie mondiale ne fasse chauffer durablement les prix à la consommation.

"Tôt ou tard, une croissance plus forte et la hausse de l'inflation pourraient contraindre les décideurs monétaires à commencer à réduire la liquidité."
Les analystes de Barclays

Les "minutes" de la Fed, publiées ce mercredi, donneront plus d'indications sur la position de la Réserve fédérale américaine.

Mais de nombreux suiveurs estiment toutefois que la remontée de l'inflation pourrait aboutir à un durcissement prématuré de la politique monétaire des banques centrales. Chez Barclays, on invite les investisseurs à se préparer à la poursuite de la volatilité autour de cette thématique "avec la montée des incertitudes en matière de politique monétaire". L'agitation devrait aller crescendo au cours du second semestre, anticipent les analystes de Barclays, mais "tôt ou tard, une croissance plus forte et la hausse de l'inflation pourraient contraindre les décideurs monétaires à commencer à réduire la liquidité, ou au moins à être plus explicites sur leur mode de réaction."

La Fed tente de rassurer

Du côté de la Fed, le vice-président Richard Clarida a tenu des propos rassurants en cours de séance, promettant de réagir "si les indicateurs menaçaient de faire monter les anticipations d'inflation".

Un engagement qui n'a pas franchement aidé les grands indices à sortir de la zone rouge. À la cloche, ils ont terminé en baisse, après de multiples allées et venues de part et d'autre de la ligne d'équilibre.

À contre-courant, le Bel 20 de Bruxelles a grappillé 0,14% pour être un des rares indices européens à terminer en positif. Le Stoxx 600 a cédé 0,05% et évolue toujours à quelques points de son record battu le 10 mai dernier.

De l'autre côté de l'Atlantique, les principaux indices américains lâchaient environ 0,5% – et même près de 1% pour le Nasdaq – à l'heure où les marchés européens fermaient leurs portes.

Le Roundup empoisonne le cours de Bayer

À Londres, les investisseurs ont d'abord préféré saluer le ton résolument optimiste de Ryanair sur les perspectives de reprise que de sanctionner la perte annuelle record de la compagnie à bas coûts.

-815
millions d'euros
La perte annuelle de Ryanair atteint le montant record de 815 millions d'euros en raison des restrictions liées au Covid-19.

Ryanair dit observer des signes de reprise, ce qui lui permet de confirmer ses prévisions pour l'exercice en cours. En Bourse, l'action de la compagnie irlandaise a démarré la journée sur une hausse de 2% avant d'effacer son avance et de clôturer sur un repli de 2,37% à 16,45 euros. Il y a un an, elle évoluait encore sous les 10 euros.

À Francfort, Bayer (-0,51%) a passé une journée difficile après la confirmation en appel d'une condamnation dans le dossier du désherbant Roundup. Le groupe allemand devra verser 25 millions de dollars à un retraité californien diagnostiqué d'un cancer du système lymphatique.

Recticel au-dessus du prix d'OPA

Sur le Bel 20, les télécoms Proximus (+1,47%) et Telenet (+1,13%) ont joué les premiers rôles avec UCB (+1,90%) et Argenx (+2,40%). Ageas , pour sa part, a reculé de 0,42% à 52,60 euros. Oddo a pourtant rehaussé ses ambitions avec un target de 60 euros sur l’assureur, le plus élevé parmi tous les brokers.

Hors indice, l'OPA autrichienne de Greiner sur Recticel a animé la séance. Suspendu depuis vendredi, Recticel a glissé de 7,41% pour terminer à 14 euros, soit quarante centimes de plus que le prix mis sur la table par le spécialiste autrichien des plastics. Ce dernier a conclu avec Bois Sauvage , l'actionnaire majoritaire de Recticel pour racheter l’intégralité de sa participation de 27,03% dans le fabricant de mousses de polyuréthane.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés