Les "shorteurs" bannis pendant un mois de la Bourse de Bruxelles

Les ventes à découvert sont bannies temporairement dans plusieurs pays européens dont la Belgique. ©AFP

La FSMA a décidé d'interdire à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 17 avril les ventes à découvert, une technique qui permet de spéculer à la baisse sur une action. La France et l'Italie ont pris des mesures similaires.

La FSMA, le gendarme des marchés financiers en Belgique a décidé au vu de la situation générale liée à la pandémie d’interdire purement et simplement la vente à découvert - une technique de spéculation à la baisse - sur les actions cotées sur Euronext Bruxelles et Euronext Growth. Cette interdiction vaut pour un mois, soit à partir de ce 18 mars et jusqu’au 17 avril.

Cette interdiction d’ouvrir ou d’accroître les positions "shorts" devrait éliminer un facteur qui pourrait jouer un rôle en exacerbant la chute du prix des actions ce qui peut menacer la stabilité financière souligne la FSMA dans son communiqué.

La France a pris une mesure d'une durée identique alors qu'en Italie elle est d'application pour trois mois.

Institutions financières

Le gendarme des marchés signale qu’il a aussi récemment observé une pression de vente substantielle et une volatilité inhabituelle du prix des actions des institutions financières. Le confinement lié à la pandémie de Covid-19 pourrait amener les acteurs du marché à prendre de nouvelles positions courtes afin de profiter de nouvelles baisses de cours, ce qui pourrait aggraver les chutes déjà enregistrées au cours des dernières semaines précise-t-il.

Lundi soir, la FSMA avait déjà pris une mesure visant à limiter les ventes à découvert sur des actions ayant chuté de plus de 10% ou plus au cours de la séance. Cette décision concernait un panier de 17 valeurs.

C'est quoi la vente à découvert?

Le principe de la vente à découvert ("short-selling") est une technique pour spéculer à la baisse sur une valeur. Il s'agit d'emprunter des actions d'une entreprise cotée, de les vendre sur le marché en espérant pouvoir les racheter plus tard à un cours plus bas et les rendre ensuite à leur propriétaire en empochant la différence au passage. Elle provoque donc une pression à la vente sur les actions ciblées et est le fait de fonds spéculatifs.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés