Les trois atouts de Recticel selon Berenberg

La division isolation de Recticel devrait profiter d'un plan de soutien de 2 milliards de livres mis en place au Royaume-Uni. ©SISKA VANDECASTEELE

Après le trading update rassurant de Recticel publié la semaine dernière Berenberg a décidé de relever son objectif de cours sur la valeur avec trois arguments à la clé.

Recticel se distingue ce mercredi dans un marché en légère hausse enregistrant un gain de près de 5% à 8,75 euros. Dans la foulée d’un trading update publié la semaine dernière par le spécialiste des mousses en polyuréthane, Berenberg qui recommande un achat de la valeur a décidé d’augmenter son objectif de cours à 10,5 euros contre 9 euros avant.

Il faut dire que Recticel qui a été touché de plein fouet par la crise sanitaire a impressionné par ses perspectives. Après une chute de 33% de ses ventes au deuxième trimestre- avec un plus bas de -53% en avril- le groupe estime désormais que le chiffre d’affaires du second semestre devrait revenir au niveau de celui de la deuxième moitié de 2019.

Autre point positif. Suite aux transactions annoncées le 1er juillet concernant Eurofoam et la division intérieurs d’automobiles, le groupe n’a plus de dette- à part 51 millions de dettes de leasing- et dispose d’une liquidité totale supérieure à 300 millions d’euros, facilités de crédit disponibles incluses.

Soutiens pour l'isolation

L’enthousiasme manifesté ce matin par Berenberg repose principalement sur trois éléments.

10,5
euros
Berenberg a relevé son objectif de cours sur Recticel à 10,5 euros contre 9 euros avant. Le conseil reste à "acheter".

Un. Les chiffres du deuxième trimestre sont rassurants. "La relance du groupe à partir de son plus bas d’avril s’est réalisée plus rapidement que ce que nous avions anticipé, reconnait Christoph Greulich et nous pensons que Recticel est bien positionné pour réaliser une croissance plate au second semestre."

Deux. La division isolation devrait bénéficier de l’accroissement des capacités de la nouvelle usine en Finlande mais aussi des mesures prises au Royaume-Uni. La gouvernement y a annoncé un plan de deux milliards de livres pour favoriser l’isolation des maisons. Berenberg rappelle que ce pays représente environ 25% des ventes de cette division.

Investir ou distribuer

Si aucune opportunité attirante ne se présente, la direction devrait retourner le capital aux actionnaires.
Christoph Greulich,
Analyste chez Berenberg

Enfin, avec les 210 millions d’euros tirés de la vente des deux activités mentionnées plus haut, la dette de Recticel a été fortement réduite. "Bien que cela constitue une position confortable pendant la crise actuelle, nous pensons que, sur le long terme, il ne s’agit pas d’une structure de capital optimale" souligne Christoph Greulich.

Il estime donc crucial d’investir le capital libéré afin de créer de la valeur et table sur une croissance de plus de 30% du bénéfice par action au cours des trois prochaines années via des fusions et acquisitions. Si aucune opportunité attirante ne se présente, la direction devrait retourner le capital aux actionnaires, avance-t-il.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés