Publicité

Les ventes d'Econocom buggent au troisième trimestre

©rv

Le groupe informatique a vu son activité impactée par les tensions sur les approvisionnements. Et cela risque de perdurer durant les prochains mois.

Il ne se passe décidément pas un seul jour sans qu'une société cotée ne fasse part d'un ralentissement de ses activités à cause de problèmes d'approvisionnement. Dernier exemple en date: Econocom . Le groupe belge de services informatiques a fait état mardi soir d'un chiffre d’affaires de 1,8 milliard d’euros pour les neuf premiers mois de l'année, en baisse de 0,3% par rapport à la même période en 2020.

560
millions d'euros
Les ventes d'Econocom n'ont atteint que 560,5 millions d'euros au troisième trimestre 2021. Ce qui représente une baisse de 6,5% par rapport au troisième trimestre 2020.

À y regarder de plus près, cela signifie que les ventes n'ont atteint que 560,5 millions d'euros entre juillet et septembre. Soit 6,5% de moins qu'au troisième trimestre 2020. "Comme anticipé, l’activité du 3e trimestre 2021 est restée impactée par les tensions sur les approvisionnements de certains composants entrant dans la production des actifs numériques", explique la société dans son communiqué.

La division Produits & Solutions a été particulièrement touchée, avec une baisse de 2,1% de son chiffre d'affaires, à 758 millions d’euros, pour les neuf premiers mois de 2021. Les pôles Services et Technology Management & Financing ont par contre vu leurs ventes augmenter au cours de la même période.

"Cela n'augure rien de bon pour le T4"

Côté perspectives, Econocom ne donne aucun objectif chiffré pour le reste de l'année, évoquant simplement des "tendances de marchés bien orientées". "Le management préfère ne pas donner d'orientation pour 2021 étant donné l'impact possible d'une perturbation de la chaîne d'approvisionnement sur la distribution et aussi éventuellement sur la location. Cela n'augure rien de bon pour le quatrième trimestre", indique David Vagman d'ING.

"Avec un bilan sain, des marges en amélioration et une valorisation faible, Econocom reste une action très cheap."
Kris Kippers
Analyste chez Degroof Petercam

Ces vents contraires pourraient d'ailleurs perdurer début 2022. Ce qui pousse l'analyste à être prudent et maintenir sa recommandation à "conserver". Il note encore deux points d'attention. D'un côté, la demande en actifs numériques reste forte. De l'autre, les coûts sont très variables, en particulier pour la distribution.

KBC Securities ("conserver") est également sur la défensive, pointant un troisième trimestre "plus faible que prévu". Chez Degroof Petercam, on garde confiance. "Nous ne pensons pas que [ces problèmes de pénuries] auront un impact majeur sur les marges car le groupe s'est recentré ces dernières années et récolte les fruits des restructurations passées", indique l'analyste Kris Kippers. Il reste à l'achat sur la valeur, même si les investisseurs devront se montrer patients avant d'espérer un rebond du cours. "Avec un bilan sain, des marges en amélioration et une valorisation faible, Econocom reste une action très cheap".

En bref

> Capitalisation boursière: 648,6 millions d'euros

> Performance depuis le début d'année: +21,62%

> Ratio cours-bénéfices: 8,56

> Rendement brut du dividende: 4,10%

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés