edito

Ne pas diaboliser la bourse

Le nouvel appel d’Euronext Bruxelles

La Belgique n’a pas de gouvernement depuis de très longs mois. Seulement un exécutif destiné à gérer les affaires courantes. Pas de possibilité donc d’introduire des mesures destinées à stimuler le capital à risque… ou à le pénaliser. Car au fil des ans, les gouvernements successifs ont surtout multiplié les mesures pénalisant l’investisseur. La taxe sur les opérations boursières a été doublée, le précompte mobilier sur les dividendes aussi. Et c’est sans compter l’introduction successive d’une taxe sur les riches, sur la spéculation ou sur les comptes-titres…

C’est comme si la bourse devait à chaque fois être diabolisée, car peuplée de "méchants spéculateurs".

C’est comme si la bourse devait à chaque fois être diabolisée, car peuplée de "méchants spéculateurs". Or la bourse constitue surtout le lieu où les sociétés peuvent chercher des financements afin de se développer et de créer des emplois. Le nouvel appel lancé par Euronext Bruxelles va dans ce sens. Les petites sociétés belges deviennent de plus en plus rares à se présenter en bourse. Et, de son côté, le particulier se détourne du marché. C’est inquiétant.

Vincent Van Dessel plaide en faveur d’une réduction du précompte mobilier. Parfait. Mais il convient aussi de renforcer l’éducation financière du grand public. C’est la teneur du message du professeur de finance Georges Hübner. Si les gens avaient une attitude un peu plus rationnelle, dit-il, il n’y aurait pas autant d’argent parqué sur les comptes d’épargne où les rendements après inflation sont négatifs. Quelqu’un qui a 20-25 ans aujourd’hui a tout intérêt à placer son argent en actions. Le temps joue pour lui. Il faut aussi en finir avec le "finance bashing" car la finance, bien utilisée, peut être très utile.

Tout n’est pas perdu pour autant. Le succès populaire du "rallye boursier" organisé par L’Echo et De Tijd, notamment auprès des jeunes, le montre. C’est une nouvelle génération qui est prête à franchir les portes de la bourse. Il ne faudra simplement pas la dissuader lorsqu’il s’agira de passer d’un concours fictif à des investissements réels.

Lire également

Echo Connect