Nuée de résultats belges cette semaine: suivez le guide

©BELGA

Quelque 25 sociétés, dont 8 figurant dans le Bel 20, livreront leurs résultats annuels en l’espace de 3 jours en fin de semaine. Tour d’horizon.

La deuxième partie de la semaine sera particulièrement chargée en ce qui concerne les résultats des sociétés cotées sur Euronext Bruxelles. En l’espace de trois jours, on attend pas moins de 25 communiqués de presse couvrant des bilans de 2020 et des perspectives pour l’exercice en cours, dont 8 émanant de groupes repris dans le Bel 20.

Mercredi

Mercredi, avant-bourse, on découvrira si Solvay a bien atteint son objectif d’ebitda sous-jacent pour 2020 fixé entre 1,89 et 1,97 milliard d’euros et celui d’un cash flow libre autour de 900 millions d’euros (+50%). De bon augure pour le groupe chimique: BASF, un des géants du secteur, a fait état d’un quatrième trimestre solide et au-dessus des attentes des analystes. Un acompte sur dividende de 1,5 euro brut a déjà été versé par Solvay le 18 janvier.

Ageas a réitéré ses prévisions d’un résultat annuel d’Ageas compris dans une fourchette allant de 850 millions d’euros à 950 millions d’euros

Le même jour, Ageas , qui est apparue comme la valeur préférée de la Bourse de Bruxelles pour 2021 après un tour d’horizon effectué auprès d’analystes financiers, ouvrira ses livres. Lors de la publication de ses chiffres trimestriels, l’assureur a réitéré ses prévisions d’un résultat annuel compris dans une fourchette allant de 850 millions d’euros à 950 millions d’euros. Les dividendes actuels et à venir seront au centre des attentions. Chez ING, on table sur un coupon inchangé à 2,65 euros.

Aedifica , qui poursuit le développement de son portefeuille immobilier à marche forcée – la SIR a levé 459 millions d’euros via une augmentation de capital à l’automne dernier –, a l’intention de distribuer un dividende brut de 4,60 euros pour son exercice exceptionnel de 18 mois, dont 3 euros ont déjà été payés en octobre.

Chez Ontex , les temps sont durs. Le CEO a été viré en juillet dernier, l’action flirte avec ses plus bas historiques et les "shorteurs" restent à l’affût. On peut espérer que mercredi, Esther Berrozpe, la nouvelle patronne, nous dévoilera les fruits des réflexions stratégiques entamées au sein du groupe depuis le mois d’août, en plus de ses chiffres annuels.

Shurgard, Xior, Econocom et Home Invest seront également de la fête ce jour-là.

Au troisième trimestre, AB InBev a démontré qu’il pouvait faire preuve de résilience dans le cadre de la pandémie.

Jeudi

Jeudi matin, on espère qu’UCB fera le point sur l’évolution du dossier bimekizumab, une molécule en développement que des analystes considèrent comme un "game changer" pour le groupe. Fin juillet, le groupe avait confirmé ses prévisions 2020 de revenus compris entre 5,05 et 5,15 milliards d’euros, d’un ebitda ajusté entre 26% et 27% des revenus et d’un bénéfice par action se situant entre 4,40 et 4,80 euros.

Au troisième trimestre, AB InBev a démontré qu’il pouvait faire preuve de résilience dans le cadre de la pandémie qui affecte particulièrement son secteur, et ce, en dévoilant des résultats supérieurs aux attentes. Renouvellera-t-il cette prouesse? Les analystes sont divisés sur les perspectives du numéro un mondial de la bière dont l’une des préoccupations essentielles est toujours de réduire la taille de sa dette. Dans ce contexte, les investisseurs attendent des précisions sur le dividende dont l’acompte est déjà passé aux oubliettes.

Lire aussi | Reprise ou pas pour AB InBev? Les analystes sont divisés

Cofinimmo , qui a lancé la filialisation de son portefeuille de bureaux et qui accroît son empreinte dans les soins de santé, a dégagé des résultats supérieurs à ses estimations au 3e trimestre. En novembre dernier, la SIR indiquait que ses projections de résultats pour l’ensemble de l’exercice se situaient dans le haut de la fourchette (6,60 à 6,85 euros par action) et confirmait sa prévision de dividende brut de 5,80 euros.

Proximus a relevé ses prévisions annuelles fin octobre.

Au programme également de jeudi: Kinepolis, Biocartis, EVS, Inclusio, Van de Velde, Deceuninck, Greenyard et Solvac.

Vendredi

Proximus , qui n’a pas hésité à monter en puissance dans Bics et à racheter Mobile Vikings malgré le 1,3 milliard d’euros qu’il va dépenser annuellement pour déployer la fibre optique, a relevé ses prévisions annuelles fin octobre. Il vise un ebitda sous-jacent moins capex (comprenez: investissements) d’au moins 830 millions d’euros et un capex sous le milliard d’euros. Un dividende intérimaire de 50 centimes a été versé en décembre.

Vendredi, sont également attendus les résultats d’AvH et de sa filiale CFE, d’Engie, de Recticel, de VGP et de Texaf.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés