Obligations de Bekaert: beau nom mais petit coupon et longue durée...

©Photo News

Le spécialiste de la transformation de métaux propose des obligations à sept ans assorties d'un rendement actuariel net de 1,639%. La notoriété de Bekaert devrait attirer les particuliers, comme le ticket d'entrée.

Les obligations de Bekaert  séduiront-elles? Le spécialiste de la transformation de métaux a annoncé ce mercredi, dans un communiqué, une émission obligataire à destination des particuliers; certains aspects de cette offre sont séduisants, mais d'autres risquent de décourager les investisseurs.

Je n'ai pas l'impression que c'est ce qui va faire sauter les investisseurs au plafond mais il existe tout de même une demande pour de tels titres.
Sabine Riga
Responsable de la communication chez Goldwasser Exchange

Il reste quelques jours pour se décider: la période de souscription débute le vendredi 11 octobre, pour se clôturer le 18 octobre, sauf clôture anticipée. Cette dernière hypothèse est possible si Bekaert obtient rapidement les 200 millions d'euros qu'il espère lever.

Les obligations de Bekaert sont séduisantes pour trois raisons.

  1. La renommée du fabricant de câbles d'acier est grande en Belgique. "Les investisseurs aiment investir dans des sociétés belges qu'ils connaissent", souligne Sabine Riga, responsable de la communication chez le courtier en obligations Goldwasser Exchange. "Il y a une confiance dans l'émetteur parce qu'il est proche."
  2. Le ticket d'entrée est faible: les obligations sont disponibles en coupures de 1.000 euros. C'est peu fréquent. C'est même "très rare", explique Sabine Riga. "Il n'y en a pas eu beaucoup cette année: Vranken-Pommery, Gimv, SD Worx, Atenor et Renewi. Ça permet à un investisseur de bien diversifier son portefeuille."
  3. La qualité d'émetteur de Bekaert est satisfaisante. Le groupe belge n'est pas noté par les agences d'évaluation financière, mais, explique Sabine Riga, "il se situe tout de même dans la fourchette basse des émetteurs de bonne qualité, quand on le compare à d'autres acteurs du secteur".
1.000 €
Le minimum qu'on peut investir dans les obligations Bekaert
Les obligations de Bekaert sont disponible en coupures de 1.000 euros, ce qui est rare. Cette année, seuls Vranken-Pommery, Gimv, SD Worx, Atenor et Renewi ont proposé un ticket d'entrée aussi bas.

Certaines conditions de l'émission pourraient toutefois faire réfléchir les investisseurs.

  1. La durée des obligations est longue: sept ans. "Les investisseurs sont davantage demandeurs de titres plus courts, de quatre ou cinq ans, voire six ans", signale Sabine Riga. "Sept ans, c'est le haut de la fourchette qui les intéresse."
  2. Le coupon n'est pas extraordinaire: 2,75% brut, ce qui implique un rendement actuariel net de 1,639% par an après retenue du précompte mobilier de 30%. "C'est la conséquence des conditions actuelles de marché et de la qualité d'émetteur de Bekaert", indique Sabine Riga. "Je n'ai pas l'impression que c'est ce qui va faire sauter les investisseurs au plafond, mais il existe tout de même une demande pour de tels titres."
  3. Le prix de l'émission est fixé à 101,875% de la valeur nominale de l'obligation. "Les investisseurs apprécient moins ces émissions au-dessus du pair", confirme Sabine Riga.

Bekaert utilisera le produit de l'émission pour refinancer son endettement.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect