Potentiel supérieur à 20% pour AB InBev

AB InBev ©REUTERS

AB InBev affiche le potentiel le plus élevé (+24%) des valeurs du Bel 20 tandis que sept valeurs cotent avec une prime par rapport à l’objectif moyen.

Les cours des composantes de l’indice Bel 20 ont progressé en moyenne de 5,5% depuis la mi-octobre, en dépit du net recul encaissé par AB InBev (-14%) à la suite de l’annonce de ses résultats trimestriels. Quatorze des vingt composantes ont affiché des hausses, avec des bonds supérieurs à 20% pour Aperam et argenx.

Dans le même temps, les objectifs de cours se sont appréciés en moyenne de 1,6%, avec une nouvelle fois AB InBev (-6%) comme principal facteur baissier dans une tendance globalement positive.

Depuis la mi-octobre, le potentiel moyen des valeurs du Bel 20 s’est replié à +2%.

En conséquence, le potentiel moyen des valeurs du Bel 20 s’est nettement replié depuis la mi-octobre, et pointe autour de +2%, AB InBev affichant le potentiel le plus élevé (+24%) tandis que sept valeurs cotent avec une prime par rapport à l’objectif moyen.

AB InBev a subi un tsunami de révisions baissières de ses objectifs de cours (Credit Suisse, Sanford Bergstein, Macquarie, Investec, Deutsche Bank, Goldman Sachs, Jefferies, Barclays, Citigroup, Kepler Cheuvreux, JP Morgan), tandis que les avis sont restés inchangés. Le marché a pris ses profits après un bon début d’année, tandis que plusieurs analystes ont souligné le facteur "court terme" des éléments ayant pesé sur les résultats.

Ageas a subi une petite vague de révisions haussières de ses objectifs (Morgan Stanley, Kepler Cheuvreux et Goldman Sachs) suite à la publication de chiffres trimestriels dopés par la valorisation des activités asiatiques. Kepler Cheuvreux estime toutefois qu’il faut rester prudent avant un exercice 2020 qui devrait être marqué par un recul du résultat vers des niveaux "plus normaux".

Barco a également vu son bulletin trimestriel bien accueilli par les analystes, avec des objectifs remontés chez Kepler Cheuvreux et Berenberg dans la foulée du relèvement des objectifs de la direction pour 2019. Les analystes estiment que la valorisation actuelle ne reflète pas encore correctement les perspectives favorables pour le groupe, avec notamment une nouvelle génération de produits qui devraient soutenir les marges futures.

Galapagos a subi plusieurs baisses de ses objectifs (chez Degroof Petercam, Jefferies ou Bryan Garnier), afin de prendre en compte l’échec des essais cliniques de phase II d’un traitement de l’eczéma ainsi que l’évolution des taux de change.

Chez Jefferies, l’analyste constate également que les nouvelles devraient être moins nombreuses durant les prochains mois.

Umicore a connu un bon mois, avec un relèvement de son avis à "surpondérer" chez JP Morgan tandis que Deutsche Bank ou Kepler Cheuvreux ont remonté leur objectif, notamment suite à l’annonce de deux accords pour livrer des cathodes à Samsung et LG Chem, les deux leaders mondiaux dans le domaine des batteries rechargeables.

Argenx a reçu un premier avis neutre de Credit Suisse, l’analyste estimant que la valorisation actuelle reflète déjà largement les attentes favorables au niveau du pipeline.

La couverture de Colruyt a été reprise à "conserver" chez ING, l’analyste soulignant que le programme de rachat d’actions offre un plancher naturel au titre.

ING a été dégradé à "neutre" chez ABN Amro, l’analyste estimant le potentiel haussier limité dans un contexte de faiblesse des marges d’intérêt.

Proximus a été dégradé à "vendre" chez KBC Securities, en raison de plusieurs risques baissiers qui pourraient peser sur les résultats de l’année prochaine.

©MEDIAFIN

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés