Pourquoi Aperam bondit

©Laurie Dieffembacq

Le titre signe la meilleure performance du Bel 20 suite à l'annonce de ses résultats du quatrième trimestre. Les investisseurs apprécient l'augmentation de la réduction des coûts de la société et l'augmentation du dividende à 1,75 euro par action, mais aussi le programme de rachats d'actions.

Aperam s'envole en Bourse après la publication de ses résultats trimestriels. Le groupe sidérurgique a annoncé un bénéfice avant taxes, intérêts et amortissements de 90 millions d'euros au quatrième trimestre, supérieur au consensus des analystes à 86 millions d'euros. Ses prévisions de bénéfices pour le premier trimestre se sont alignées sur les prévisions du marché.

La société connaît un ralentissement de son activité en raison de la chute des prix des métaux, en raison de "pressions sans précédent dans les importations et des mesures de protection européenne inefficaces". Sur un an, son ebitda a reculé de 31%.

Les investisseurs ont surtout retenu les bonnes nouvelles annoncées par Aperam.

→ Le groupe a indiqué relever de 14% son dividende, à 1,75 euro par action, davantage que le dividende de 1,60 euro attendu par les analystes.
→ Il a aussi annoncé une augmentation de son objectif de réduction de coûts de 50 millions d'euros à 200 millions d'euros d'ici 2020
→ Enfin, il annoncé un nouveau programme de rachats d'actions de 100 millions d'euros.

"Avec le dividende et les rachats d'actions, Aperam prévoit de verser 240 millions d'euros aux actionnaires durant cette année, ce qui implique un rendement de 9,4 % sur la capitalisation boursière de la société", souligne Stijn Demeester, analyste chez ING. Mais celui-ci n'a pas changé sa recommandation, à "conserver" sur le titre, ni son objectif de cours, à 50 euros.

"Aperam fait un bon boulot dans un environnement difficile", relève Frank Claassen, analyste chez Degroof Petercam, qui lui maintient sa recommandation à "acheter" avec un objectif de cours à 36 euros. "Le Brésil bénéficie d'une économie en amélioration et cela amène à une augmentation des volumes locaux à une marge supérieure que les exportations. Les prix européens devraient s'améliorer avec le soutien des mesures de protection européennes", prédit-il.  L'analyste souligne que le bilan d'Aperam reste "très solide".

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés