Pourquoi l'action ING grimpe plus vite que les autres

Les résultats d'ING, publiés le 12 février, ont été salués par les marchés. ©REUTERS

Après son surprenant rapport annuel publié mi-février, ING ne cesse d'attirer les fans. Son titre, repris dans le Bel 20, a pris 30% sur le dernier mois.

L'action ING évoluait encore dans le haut du Bel 20 ce lundi. Le titre de la banque a gagné près de 5% pour franchir les 10 euros à la clôture. Une première depuis le 21 février 2020.

18,8%
du bel 20
Également cotée à Amsterdam, ING pèse 18,8% du Bel 20. C’est bien plus qu’AB InBev (13,1%) et KBC (10,4 %).

Les suiveurs d'ING sont revenus en nombre après la publication des comptes annuels de la banque, le 12 février dernier. Le CEO du groupe bancaire, Steven Van Rijswijk, avait alors séduit les investisseurs en présentant des chiffres encourageants qui prouvaient son expertise dans le contrôle des coûts. Une gestion ferme des dépenses qui a permis à la banque de proposer à nouveau un dividende à ses actionnaires.

Les résultats d'ING ont également été salués par de nombreux analystes, le titre rejoignant ainsi plusieurs listes prestigieuses de conseils d'achats. Depuis cette date, l'action ING a enflé de plus de 30% (voir graphique).

ING devant les grandes banques européennes

Le compartiment bancaire à la fête

L'effet résultat couplé à la solide reprise constatée sur l'ensemble du secteur bancaire depuis le début de l'année ont donné des ailes à ING sur les marchés.

Avec un bond de 19%, le compartiment bancaire européen affiche la plus forte progression sectorielle depuis le début de l'année, bien devant le secteur minier (+15%), le tourisme (+13%) ou les valeurs liées au pétrole (+12%). Tous ces secteurs ont une chose en commun: ils sont composés des entreprises les mieux positionnées pour profiter de la reprise de l'économie.

Pour les banques, l'effet haussier est alimenté par l'espoir d'une forte baisse des provisions mises de côté pour couvrir les défauts de paiements liés à la crise sanitaire. Dans le même temps, la hausse des taux d’intérêt, qui met les valeurs technologiques sous pression, est la bienvenue pour les banques. Ces dernières voient ainsi leur cœur de métier devenir un peu plus rentable.

ING pourrait quitter l'indice de la Bourse de Bruxelles alors que pour y être repris, il faut avoir au moins 15% de son personnel sur le sol belge.

Le poids lourd du Bel 20

La montée en puissance d'ING explique aussi la bonne tenue du Bel 20, qui s'est ragaillardi de près de 6% depuis janvier. Il surperforme l'Euro Stoxx 50, en hausse de 3% depuis le début de l'année.

ING est actuellement le poids lourd du Bel 20. La banque néerlandaise, également cotée à Amsterdam, pèse 18,8% de l'indice vedette bruxellois. C’est bien plus qu’AB InBev (13,1%) et KBC (10,4 %).

Mais l’action néerlandaise entonne peut-être son chant du cygne dans l'étang bruxellois. ING pourrait quitter l'indice de la Bourse de Bruxelles alors que pour y être repris, il faut avoir au moins 15% de son personnel sur le sol belge. Une condition que la banque ne remplit plus vraiment.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés